Surface – Olivier Norek

« Dis moi tes blessures. Je te dirai qui tu es. » Olivier Norek (dédicace Quai du polar, Lyon)

Paris, 5h59, Noémie, Capitaine des STUPS s’apprête à réaliser l’une des interpellations les plus importantes de sa carrière. Sohan, dealer peu scrupuleux doit être mis à l’ombre. Seulement, rien ne va se passer comme prévu, Noémie se prend une balle en pleine tête. Sa gueule cassée, après 3 mois à l’hôpital n’est plus acceptée au 36 quai des Orfèvres. Direction le vert, dans l’Aveyron où on l’on envoi No pour un soit-disant audit dans le commissariat de Decazeville. Personne n’est dupe à Paris, surtout pas elle. On l’écarte, on la met de côté. C’est sans compter sur une enquête vieille de 25 ans qui ressurgit et qui remet Noémie sur les rails, enfin… on l’espère.

Olivier Norek signe ici un roman policier exceptionnel qui tient une fois de plus toutes ses promesses. Fidèle à lui-même il sait capter l’attention du lecteur dès les premiers mots. Pour ma part, Norek n’avait plus rien à me prouver, après Entre deux mondes, il est devenu à mes yeux l’un des auteurs français les plus remarquables. Il nous raconte ici une belle enquête policière bourrée de rebondissements. Avec son personnage principal, le Capitaine Chastain, il nous montre deux facettes. A travers ses mots, il détruit Noémie et aide à reconstruire No. Comme une personne scindée en deux qui doit être recollée pour fonctionner de nouveau. C’est beau, c’est grandiose ! Toujours en accord avec ses idées, il développe ici un personnage entier, sensible, fort et complètement crédible. Je suis touchée en plein cœur.

On pourrait considérer ce livre comme un huit clos à l’échelle d’un village. Comme dans tous les villages, tout le monde se connait, tout le monde pense tout savoir les uns des autres. C’est avec une humanité significative que Olivier nous raconte les histoires de chacun tout en gardant un suspens difficilement supportable pour nous. Que c’est bon !

Contrairement à de nombreux comparses, il met le focus sur ses personnages et non pas sur les paysages. Au fil des pages, ce n’est pas une mais mille émotions que vous allez vous prendre en pleine tête et en plein cœur. Difficile de refaire Surface (pas mal le jeu de mots hein?) après un roman comme celui-ci. J’ai été témoin, doucement mais sûrement de l’évolution d’un personnage haut en couleur de part son caractère bien trempé, ses blessures et son tempérament de feu. Belle leçon de vie encore une fois.

Monsieur Norek, à force de vous lire, ma remise en question est immense, j’ai l’impression de grandir de livre en livre (bien que je ne sois pas particulièrement impatiente d’avoir mes 30 ans!). Tout ça pour dire que pour moi, la lecture veut dire beaucoup. Elle est là pour nous permettre de nous évader mais elle m’aide aussi à devenir moi. Merci.

La fin de Surface est explosive. La dernière page vous serrera le cœur, à vous de voir pourquoi. Il est impératif que vous vous jetiez sur ce roman incroyablement riche d’humanité et de vérité. Olivier écrit avec passion et je vous garantie qu’elle est transmise à son lecteur avec une facilité déconcertante. N’hésitez pas, foncez, vous me remercierez plus tard (ou dites le lui directement!).

3 commentaires sur “Surface – Olivier Norek

Ajouter un commentaire

Répondre à Bruno Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :