Les mémoires d’un chat – Hiro Arikawa

« Ça fait longtemps qu’on ne s’est plus donné de nouvelles. »

C’est l’histoire d’une rencontre entre un homme et un animal. Satoru et Nana, chat errant se sont trouvés et se sont liés d’amitié. Mais un jour, après 5 ans ensemble, leur vie bascule lorsque pour une raison complétement indépendante de sa volonté, Satoru doit trouver une nouvelle famille pour Nana. Un très long voyage commence alors pour les deux compères, véritable pèlerinage à travers le Japon, ils vont se rendre chez tous les amis d’enfance qui ont laissé une trace dans le cœur et dans la mémoire de Satoru. C’est sans compter sur le matou qui compte bien prolonger l’aventure auprès de son compagnon de vie. Quelle sera la bonne personne qui pourra s’occuper de ce chat au caractère bien trempé?

Que dire… J’ai lu Les mémoires d’un chat de Hiro Arikawa suite à l’avis du frangin. Absolument pas tenté par ce genre de lecture, je ne me serai habituellement pas laissée attirer par ce type d’histoire. Généralement séduite uniquement par le polar, le thriller ou le policier j’ai finalement décidé de changer de direction et quelle ne fut pas ma surprise lorsque j’ai ouvert ce roman!

C’est avec une forte émotion que je couche ici mon ressenti. L’amitié qui lie Satoru et Nana est entière, sincère et complétement envoutante. Moi-même étant une amoureuse des chats, je suis plutôt bien placée pour recevoir en pleine tête cet amour inconditionnel que les deux amis se portent. Nana a beau avoir un caractère de cochon, il est peint comme un chat indépendant (mais pas trop quand même), fier et sûr de lui, mais surtout doté d’une forte sensibilité. Il est la voix principale du roman, mis à part les chapitres où les souvenirs des amis de Satoru refont surfaces, c’est lui le narrateur. Croyez-moi, il n’a pas sa langue dans sa poche et va s’exprimer avec un franc-parler à la fois drôle et émouvant qui ne vous laissera pas insensible. Ses propos sont percutants et transpirent de vérité. Il laisse parler ses émotions, sans aucun filtre et n’hésite pas à user de tous ses moyens pour se faire comprendre. Gare à celui qui pense tout savoir des chats, il risque de vite déchanté.

Au delà de la merveilleuse histoire d’amour entre un homme et un chat, l’auteure aborde à travers son roman des thèmes forts et impactants. Vous traverserez un Japon moderne où la culture est exposée avec franchise. On y verra les traditions, les enfants parfois surnommés « enfant clé » dont les parents travaillent tellement qu’ils sont livrés à eux-même et complétement indépendants dès le plus jeune age. C’est dépaysant et enrichissant, d’autant plus que la plupart des sujets sont abordés à travers les yeux d’un petit ou d’un adolescent. Réminiscences d’un passé qui forge le caractère de chacun. Satoru est d’ailleurs décrit comme une personne dont la bienveillance n’est plus à prouver, d’une gentillesse et d’une sensibilité à tout épreuve qui ne l’empêchent pas pour autant d’être quelqu’un de fort et de solide. L’attachement que vous aurez pour lui sera presque immédiat, dès les premières pages. A l’intérieur du monospace de Satoru, vous vous sentirez en sécurité et vous ressentirez tout l’amour, le véritable, que peut s’échanger deux êtres qui ne veulent qu’une seule chose : le bonheur de l’autre.

Voir le monde à travers les yeux de Nana est un excellent moyen de prendre du recul et de constater que nous sommes parfois peu attentif à tout ce qui nous entoure. On prend de la hauteur, petite claque et grosse prise de conscience. Le road-trip nippon que vous allez vivre ne sera pas simplement des mots couchés sur du papier, il sera intense et les émotions sont si bien décrites que vous vous sentirez parfois submergé, laissez-vous faire. J’ai voyagé, j’ai « vu » des choses magnifiques, j’ai souri, j’ai été touchée. De nature sensible, ce livre m’a complétement bouleversée. Que dis-je? Il m’a complétement ébranlée.

Il est difficile d’en dire plus sans vous dévoiler la fin, je me contenterai donc de vous dire que les japonnais ont un don tout particulier pour vous faire gonfler le cœur et vous mettre sans dessus-dessous. Il m’est déjà arrivé de verser quelques larmes lorsque je termine un roman qui m’a particulièrement touché, mais ici, j’ai été inconsolable (si, si je vous jure, mes yeux ressemblaient à du pop-corn). Une fois les vannes ouvertes, difficile de les arrêter, et j’en avais besoin. Besoin d’évacuer ce trop plein d’émotions. Lorsque j’ai regardé mes chats, j’ai su, qu’ils étaient comme mes Nana à moi et que j’étais (enfin je l’espère) leur Satoru à eux. Une merveilleuse histoire, écrite à la perfection. Un véritable sans faute et surtout un coup de cœur immense et puissant. J’y pense encore et j’écris avec fébrilité, n’arrivant pas à expliquer ce que j’ai vraiment ressenti. Alors pour que ce soit plus simple, vous savez ce qu’il vous reste à faire? Il faut partir à la rencontre de Nana et ce, même si vous n’en sortirez pas indemne. Un livre éprouvant mais qui a vraiment le mérite d’exister.

Sortez vos mouchoirs, pelotonnez vous près de votre chat et vivez cette belle aventure.

Un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s