L’illusion – Maxime Chattam

« Dehors, la nuit est tombée. A la vitesse des emmerdes. »

Note : 4 sur 5.

Alors qu’il vient de se faire plaquer après 7 ans de relation, Hugo ne sait plus où il en est. Normand d’origine, auteur sans succès, il n’arrive plus à assumer son appartement parisien. Coupé de ses amis, de sa famille, il cherche un échappatoire à sa vie qu’il trouve misérable. En navigant sur un forum, il rencontre un habitué qui lui transmet une annonce d’emploi saisonnier pour la période d’été: quelque part au cœur des Alpes, une petite station de ski familiale du nom de Val Quarios recherche de la main d’œuvre pendant 5 mois pour entretenir l’ensemble de l’infrastructure. Quelle aubaine pour Hugo : Quoi de mieux que de se retrouver loin du tumulte qu’est aujourd’hui sa vie de trentenaire pour tenter de se retrouver et de faire un point, une introspection? Malheureusement, tout ne se passera pas comme prévu, c’est avec une inquiétude grandissante, des visions effrayantes qu’Hugo devra cohabiter tout en haut des sommets. Que cachent les murs de Val Quarios? Que se passe-t-il dans cette petite station isolée?

Un Maxime Chattam est une sortie attendue. A chaque fois, en tant que fidèle lectrice, je suis au rendez-vous dès la sortie avec une certaine impatience, je dois l’avouer. Certains diront que le grand Chattam a eu son pic de succès et de réussite avec la Trilogie du mal. Je suis en partie d’accord, ayant eu un véritable coup de foudre littéraire pour son légendaire profiler Joshua Brolin. Cependant, l’auteur ne se repose pas sur ses lauriers et ne se contente pas d’écrire uniquement pour faire plaisir à son lecteur et seulement à son lecteur. Sa force vient du fait qu’il écrit surtout ce qu’il a envie d’écrire. Ce qui rend ses livres (et ce, quelque soit notre avis au final) d’autant plus intéressant. A aucun moment il n’a cédé au dictat de « écris sur ça, ça se vendra plus comme ça ». Non, il assume ses choix, que cela plaise ou non.

Avec L’illusion, le lecteur se verra transporter en pleine nature et en cette période franchement pas terrible, on est ravi d’aller prendre un bon bol d’air frais (et quelques gros orages il ne faut pas l’oublier). Évidemment, c’est sans compter sur l’ambiance mystérieuse qui imprègne les lieux. A qui appartient ce grand manoir au-dessus de la station? Quand Hugo découvre qu’il s’agit de la demeure du plus grand prestidigitateur de tous les temps, il est intrigué (et nous aussi). S’en suit alors une multitude de choses étranges qui pousseront Lily (une locale qui travaille à la station à l’année) et Hugo à mener leur propre enquête.

Lors des premières pages, et malgré l’efficacité de la plume, des descriptions et les chapitres relativement courts, j’ai eu une petite crainte. Le personnage principal, jeune trentenaire au cœur brisé n’arrivait pas à me convaincre. Allant même jusqu’à être un tantinet agaçant. Il va mettre son nez partout, il fouine, il se parle à lui-même, il semble égoïste… Bref, vous connaissez à présent l’importance que je donne aux personnages dans une histoire pour que ça prenne avec moi et là, c’était franchement mal engagé. Quelle ne fût pas ma frustration… Fort heureusement, cela n’a pas duré et j’ai réussi à apprivoiser et à adopter Hugo que j’ai découvert progressivement et qui, finalement, vaut le détour. Maxime Chattam se joue de nous, en distillant petit à petit des éléments dans notre esprit. Finalement, ne serait-ce pas lui l’illusionniste ? Petit malin. On est piégé dans ce huit clos montagnard et hostile. Bien joué !

Le scénario est machiavélique et riche en suspense. Les dernières pages étaient difficile, je les ai enquillé le plus vite possible, voulant savoir absolument, j’avais besoin de réponses à tout prix après m’être fait berner en beauté par l’auteur. Quelle fin ! Je ne m’y attendais pas à celle-là, BRAVO ! Quelques passages, lus en soirée, m’ont fait accélérer le palpitant (peut-on parler de peur? quand même pas) de part le rythme des phrases et les images qu’elles ont provoqué dans mon esprit… Remettez ça dans le contexte Halloween, on était dans le thème !

Difficile de chroniquer un Chattam, fort de son succès, les réseaux vont très vite être inondés d’avis en tout genre. Si je ne devais dire que quelques mots : Ce roman est à mes yeux une réussite, il tient sa promesse de thriller haletant avec une fin surprenante. J’ai vraiment passé un super bon moment de lecture et j’étais ravie de retrouver cet auteur si cher à ma vie de lectrice. Cependant, il est vrai que ce n’est pas son meilleur, mais après tout? Tout ceci n’est que subjectif ! Le principal étant avant tout de passer un bon moment et de ressentir des choses en lisant, et bien c’est gagné pour ma part, et je dis cela en toute objectivité et non pas parce que j’apprécie vraiment Chattam.

Les avis seront si nombreux et différents que si je n’ai qu’un conseil à vous donner, ce serait celui-ci: Lisez-le sans vous poser de questions et vous verrez. Ne vous laissez pas influencer par tel ou tel avis. Un Chattam, ça se découvre, ça se savoure (ou pas) mais surtout, ça se vit.

Quai du polar – Lyon 2019

https://twitter.com/AlbinMichel/status/1320063471086698497?s=09

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s