La lecture, une passion parfois incomprise?

On a tous, que ce soit dans notre entourage proche ou non, déjà entendu la surprise que certains peuvent avoir concernant la passion dévorante qu’est la lecture. « Mais moi je n’ai pas le temps pour lire » ; « Tu ne te lasses pas de passer ton temps à lire? » ; « Mais tu dépenses beaucoup trop d’argent dans les livres! » ; « Encore un livre? Mais tu en as plein chez toi que tu n’as pas encore lu! » ou même encore « Tu veux pas sortir le nez de tes bouquins et vivre ta vie? ».

Bref, je suis certaine que ces phrases (qui ne sont qu’un petit panel de ce qui existe), font écho à votre ressenti de lecteurs face au monde extérieur. Bien que j’ai la chance d’avoir une famille et des amis qui comprennent pleinement ma passion gigantesque pour la lecture, je mentirais si je disais que jamais on ne m’a sorti ce genre de remarques.

Alors oui, lire ça prend de la place. Les livres, pour ceux qui comme moi, conservent tous les romans, il faut bien les caser quelques part ! Mais quoi de plus merveilleux pour un lecteur que de lever la tête et de voir tout ses beaux trésors rangés (ou pas) dans sa bibliothèque, posés sur la table basse ou la table de nuit, empilés sur le bureau, enfin vous avez compris le principe. La lecture prend de la place aussi dans une vie partagée. Le conjoint, la famille… On est forcément moins présents, happés par ce roman passionnant que nous tenons dans les mains. On peut renvoyer l’image d’être enfermé dans une bulle, hermétique au monde extérieur. Je peux l’entendre et je peux le comprendre. Cependant, ce n’est pas anodin si un lecteur à besoin de ce temps pour lui. C’est au contraire pour être pleinement présent le reste du temps avec ses proches sans avoir en tête son livre posé à quelques centimètres de lui et c’est pour ça qu’il a besoin de se rassasier une bonne partie de son temps libre.

Le temps. Entendre dire par une tierce personne qu’il faut du temps pour lire et qu’en gros, nous, nous n’avons que ça à faire, ça peut parfois blesser. Non je n’ai pas que ça à faire, j’ai un travail à plein temps, j’ai une famille et des amis, j’ai des responsabilités personnelles et professionnelles. Avec ce monde d’aujourd’hui ultra connecté, je pense sincèrement qu’il n’est nullement question d’avoir du temps pour lire. Il suffit juste de savoir ce que l’on veut ou ce dont on a vraiment besoin pour s’épanouir: passer des heures à jouer sur son téléphone ou sur une console, à regarder la télévision, Netflix, à faire beaucoup de sport, à faire de la randonnée, à dessiner ou peindre, ce n’est pas les activités qui manquent. Pour ma part, bien qu’adepte de la fameuse chaine de streaming, j’ai choisi d’occuper mon temps par la lecture : pendant mes trajets en transports en commun, à ma pause déjeuner, au lieu de regarder la télévision la journée, dans une salle d’attente, en buvant un thé, avant de dormir bref… Tous ces petits moments que chacun a forcément dans sa journée, je les occupe avec un bouquin. Non pas seulement par envie, mais aussi par nécessité. J’entends déjà certains bondir sur leur chaise : lire est une nécessité ! Ce n’est pas normal !

Eh bien si, lire est devenu si important pour moi que j’y trouve un parfait équilibre. Peut-on parler d’addiction? Oui, je pense, dans un certain sens. Mais contrairement à certaines, j’imagine que cela reste une addiction saine à partir du moment où l’on ne se coupe pas complétement du monde réel. La lecture m’apporte du réconfort, du voyage, de la connaissance et une multitude d’émotions. En étant plongée complétement dans mon roman, je ne fais de mal à personne, je suis parfaitement capable d’adapter mon temps, de savoir m’arrêter lorsque c’est nécessaire, de lâcher mon livre si on a besoin de moi. Je ne suis pas esclave de la lecture, j’ai juste trouver LE truc qui m’apporte ce dont j’ai besoin pour être pleinement heureuse. Cela ne m’empêche nullement de vivre ma vie réelle, bien au contraire. Je vis tout à fond, mes émotions et mes ressentis sont intenses et entiers. Je ne me cache pas derrière mon bouquin pour être heureuse. C’est juste que la lecture est cette petite chose indispensable à mon équilibre.

Alors oui, nombreux sont les lecteurs passionnés qui achètent (encore et encore) des livres alors que leur pile à lire ressemble davantage à un rayon de librairie. Mais pourquoi? Je ne peux bien sûr pas répondre au nom de tous, chacun ayant probablement sa ou ses propres raisons. Pour ma part, l’achat d’un nouveau livre me procure une satisfaction que je ne retrouve pas ailleurs. Pour vous donner un exemple, quelque soit le nombre de romans non lus à la maison, à chaque période de vacances, je vais en librairie le premier jour pour m’acheter un ou plusieurs nouveaux bouquins. Une sorte de petit rituel qui s’est installé au fil du temps. Ensuite, ce n’est pas parce que j’ai déjà une multitude de livres à lire que j’ai forcément envie de les lire sur l’instant T. Bah oui, lorsque je choisis ma nouvelle lecture, je suis fortement influencée par mon humeur, mes émotions, mon état du moment. Il est donc parfois difficile pour moi de trouver LE livre que j’ai envie de lire là tout de suite dans ma pile à lire, alors j’achète. Il y a également le planning des sorties littéraires qui a un impact considérable sur mes achats. Mon agenda est rempli des dates de sortie des nouveaux romans de mes auteurs chouchous. On sait tous ce que c’est d’attendre une sortie livresque avec impatience, inutile de lutter contre l’envie d’acheter. Et pour finir, il y a tout simplement les achats compulsifs, qui me tombent dessus comme ça. Je flâne dans les rayons et là je vois un bouquin qui m’interpelle, qui me donne envie alors je l’achète. Je ne culpabilise jamais pour l’argent que je dépense en librairie car je sais parfaitement être raisonnable. Certain préfère dépenser leurs sous dans les vêtements, la décoration, les sorties (à l’époque où c’était encore possible) et bah moi, j’ai un certain budget pour m’acheter des livres. On en revient une fois de plus à la notion de liberté, de choix, de priorité. En plus des achats personnels, s’ajoutent les services presse que je reçois de temps en temps et que je mets un point d’honneur à lire. Alors oui, parfois je ne les lis pas dès réception car comme dit ci-dessus, tout dépend de mon envie du moment, je ne m’impose rien. Par respect pour la maison d’éditions et l’auteur, je continuerai à tous les lire en écrivant une chronique sincère quel que soit mon avis car la lecture est avant tout un plaisir personnel.

Si je ne dois conclure que sur une seule chose, c’est de ne jamais vous laisser influencer par les propos des personnes qui ne comprennent pas votre passion. Essayer de leur expliquer et si ça ne mène à rien, ignorez. A partir du moment où VOUS êtes heureux sans jamais nuire à personne alors franchement, où est le problème?

Profitez, lisez, voyagez, rêvez à travers les pages du roman que vous tenez dans vos mains.

Et vous?

Cette passion est-elle comprise par votre entourage proche ?

« Quand je pense à tous les livre qu’il me reste à lire, j’ai la certitude d’être encore heureux. »

Jules Renard

Et quand on a des compagnons de lecture comme eux, on ne peut qu’être bien !

3 commentaires

  1. C’est vrai qu’il y aura toujours quelqu’un pour ronchonner sur notre passion de lectrice 🙂 peut-être des gens qui s’ennuient et qui aimeraient peut-être avoir une passion dévorante.
    Car je crois qu’au fond, ils nous jalousent de sembler si heureuses ^^
    Je découvre ton blog, je reviendrai 😉

    J'aime

Répondre à blackbookspolar Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s