Je connais ton secret – S.K. Tremayne

« Et là, dans le silence assourdissant, Electra s’adresse soudain à moi :

– Je sais ce que tu as fait. »

Note : 4.5 sur 5.
Date de parution : 14/01/2021

Jo Ferguson est journaliste free-lance à Londres. Trentenaire divorcée aux finances difficiles, elle s’installe dans l’appartement de Tabitha, sa meilleure amie. Situé dans un quartier privilégié de la capitale, luxueux et équipé du de la dernière génération en matière de domotique, il offre un refuge à Jo. Les assistants, comme sont appelés les enceintes connectées permettent à priori de faciliter la vie des utilisateurs : pilotage des lumières, du chauffage, réponses aux questions et même la promesse de tenir une conversation aux personnes isolées. Jo n’apprécie pas particulièrement cette technologie mais s’en amuse. Mais un jour, Electra s’allume seule et engage la conversation. Elle menace de révéler le secret le plus important de la vie de la journalise. Abasourdie et paniquée, la jeune femme commence à douter. Quelqu’un a-t-il le contrôle de l’enceinte et tente de la faire chanter ou sombre-t-elle dans la même folie qui a gagné puis tué son père? Petit à petit, Jo se retrouve seule. L’intelligence artificielle a pris le pouvoir sur sa vie. Le cauchemar commence et le temps est compté pour tenter de découvrir la vérité.

S.K. Tremayne signe avec Je connais ton secret un thriller psychologique intense, rythmé et extrêmement stressant. Quand l’avancée technologique rend une vie cauchemardesque. A travers le monde connecté, l’auteur met en avant l’expansion de la domotique au sein des foyers. Une histoire angoissante et vraiment prenante. C’est Jo qui raconte ce qu’elle vit, l’écriture est à la première personne mis à part quelques chapitres qui sont écrit à la troisième personne lorsqu’il s’agit du point de vue d’un autre personnage. On vit la descente aux enfers avec le personnage, on subit ses tourmentes, on cherche le coupable, on se demande si la folie est proche. Terriblement efficace, la tension est palpable dès les premières pages. On doute, dès le début on sait que le père de Jo était atteint de schizophrénie. Si la jeune femme est manipulée, nous le sommes aussi. Nous ne savons plus quoi penser, on doute de tout et de tout le monde. Les suspects sont nombreux et nous sommes piégés.

L’actualité du sujet traité ici est d’autant plus troublante. La technologie évolue vite, très vite, mais à quel prix? Tous ces objets connectés qui entrent dans nos foyers sont-ils sans danger? Lorsqu’on lit ce roman, on est franchement pas convaincu. Alors bien sûr il ne faut pas tout diaboliser, mais je peux déjà vous dire que ce genre d’engin n’est pas prêt de rentrer chez moi (et pourtant, c’est une grande part de mon métier, comme quoi!). L’écriture de S.K. Tremayne est simple, fluide avec parfois un humour incisif que j’ai particulièrement apprécié. J’avais adoré Le doute de cet auteur, que j’avais lu lors du premier confinement, un coup de foudre absolu, mais je n’avais jamais tenté (ou plutôt pensé) de lire un autre de ses romans. C’était donc avec impatience que j’ai voulu lire sa dernière parution. Je n’y retrouve absolument pas l’ambiance écossaise ni le style d’écriture. Si le nom n’était pas indiqué sur la couverture, je n’aurais jamais pu deviner que c’était de cet auteur et pourtant j’ai complétement adhérer au style. Comme quoi, un écrivain est capable de surprendre même avec seulement deux livres ! Je compte bien lire les trois autres qui sont sortis entre ces deux là. Ma curiosité est piquée et ma wish-list s’est donc allongée. La similitude entre ces deux lectures serait d’après moi, la tension et l’angoisse grandissantes au fil des pages. Il est franchement doué pour ça, bravo !

J’ai vraiment aimé ce thriller psychologique grâce au fait que la déchéance du personnage ne se fasse pas en un claquement de doigt. Tremayne sait distiller le doute au fur et à mesure, il entretient la confusion et on se fait balader aussi violemment que Jo. L’immersion est totale et il est forcément très difficile de lâcher le livre avant de connaître le dénouement final. Le rythme est soutenu et ne vous laissera que peu de répit.

« – Tu vois Jo, tu ne peux pas te débarrasser de nous. Tu n’as pas le droit. Nous savons tout. Nous sommes toi. Tu es moi. »

En bref, un page-turner angoissant qui mêle à la perfection l’intelligence artificielle et la psychose. De quoi vous faire passer des nuits blanches et satisfaire le plus grand nombre d’aficionados du genre, mais que ! Une très belle sortie littéraire pour commencer cette année 2021 que je vous conseille fortement, ça serait dommage de passer à côté, je vous assure.

Si ça vous intéresse, vous pouvez le trouver juste ici 🙂  Bonne lecture ! 

Un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s