Le Signal – Maxime Chattam

« Le signal se propage. Partout. Plus vite que toutes les prédictions les plus optimistes. […] Un bourdonnement de voix. Pour l’heure, elles chuchotent dans les ténèbres. »

Le grand retour de Maxime Chattam dans l’univers du fantastique est là. Au revoir les enquêtes policières, après L’appel du néant où à défaut d’y retrouver Joshua Brolin, nous parcourions les pages avec Ludivine, ici rien de tout cela.

Ce fût avec une excitation et une impatience à la limite du raisonnable que j’attendais la sortie du nouveau roman de Mr Chattam, c’est donc en toute logique que le jour de sa sortie, Le Signal s’est retrouvé dans mes mains, balayant ainsi tous les autres bouquins de ma PAL. La publicité avant sa sortie, la magnifique couverture, les bords noirs des pages, la lettrine… Tout est là pour nous annoncer la couleur. C’est noir ! Avant même de se plonger dans l’histoire, on peut dire qu’un petit bijoux d’esthétique vient d’atterrir dans ma bibliothèque. On dit toujours qu’on ne juge pas un livre sur sa couverture mais là, soyons honnête, ça participe quand même énormément à l’envie de l’ouvrir pour s’y plonger ! Je me suis surprise à le garder en main, pour l’observer, le sentir, avec un sourire béat d’adolescente prépubère devant son boys band préféré (je sais, c’est cliché!)

Mahingan Falls. A quelques kilomètres de Salem dans le Maine. Le décors est planté. Une ville coupée de tout, où il fait bon vivre pour la famille Spencer, fraichement débarqué de New-York. Tout semble aller pour le mieux pour la tribu. Tom, père de famille peut se remettre à l’écriture, Olivia s’est éloignée de la pression médiatique propre à une animatrice TV reconnue, bébé Zoey peut grandir loin de la cohue urbaine, Chad & Owen, les deux adolescents peuvent vadrouiller comme bon leur semble accompagnés de Smaug, le chien. Idyllique n’est-ce pas?

Bref vous l’aurez compris, le portrait de la famille américaine à la recherche d’harmonie et de sérénité. C’est sans compter sur l’imagination machiavélique de Chattam, au fil des pages, bruits effrayants, sorcières (bah oui, après tout on est à côté de Salem rappelez-vous), cris inhumains sur les ondes, hémoglobine qui coule à flot… Et BIM nous voilà plongé au cœur d’une histoire digne de Stephen King (on notera le bel hommage de l’auteur au King, il est impossible de passer à côté) avec un soupçon de Strangers Things, le clin d’œil étant bien sûr la quête des adolescents à connaître la vérité sur ces événements étranges (c’est peu de le dire) que les adultes ne comprendraient pas.

« AVEZ-VOUS DÉJÀ EU VRAIMENT PEUR EN LISANT UN LIVRE? »


Oui, une fois ou deux, je frissonne encore en pensant à Simetierre. Mais je n’ai pas eu le sursaut que j’attendais en lisant le Signal. Probablement devenue lectrice aguerrie dans ce domaine, il me faut aujourd’hui vraiment beaucoup pour me faire « vraiment peur » dans un livre. J’ai eu un immense plaisir à me retrouver coincer dans cette ville avec des personnages attachants et des scènes plus glauques les unes que les autres. J’ai aimé retrouver le côté sombre de Chattam, je l’ai imaginé sourire en écrivant certains passages. J’ai aimé (contrairement à beaucoup d’autres lecteurs) son côté Stephen King et Lovecraft. Après tout, pourquoi seuls les maîtres du sujet auraient le droit de nous faire frissonner?

L’auteur nous montre qu’il est parfaitement à sa place dans l’écriture de roman horrifique, l’histoire est addictive, on veut savoir (!), le rythme est soutenu, l’écriture est fluide. Si vous êtes comme moi, ne pensez plus au Maxime de la trilogie du mal (c’est dur je sais), ici il n’est pas question de polar mais plutôt d’occultisme et d’ésotérisme, ce qui est agréable puisque cela me sort de ma zone de confort.

Oubliez les auteurs connus (notés ci-dessus, je ne vais quand même pas encore les cités!) qui nous on fait vibrer avec leurs histoires de sorcières et de fantômes, soyez indulgents et laisser un peu de place à mon (notre?) auteur fétiche. Sincèrement? Ça vaut le détour.

Allez, n’ayez pas peur, dites-vous bien qu’au pire des cas, vous allez lire un livre franchement distrayant à défaut de lire THE livre du maître Chattam !

3 commentaires sur “Le Signal – Maxime Chattam

Ajouter un commentaire

Répondre à leboudoirdelili2019 Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :