Tenebra Roma – Donato Carrisi

 » Comme tout le monde Rufo le cafard attendait le coucher du soleil. L’obscurité serait son alliée. Mais d’abord il devait choisir une victime. « 

Black-out pendant 24 heures à Rome. La ville tente (tant bien que mal) de limiter les dégâts. Malheureusement pour les forces de l’ordre, ce ne sera pas une partie de plaisir. Le chaos envahit la capitale italienne et un mystérieux tueur commence à sévir. Ses crimes sont odieux. Marcus, pénitencier échappe de peu à la mort. Une course contre la montre commence donc pour découvrir qui est ce meurtrier insaisissable, Sandra, ancienne photographe de scènes de crimes arrive à sa rescousse et l’enquête démarre sur les chapeaux de roue. Quand le Mal avec un grand M se matérialise et laisse place à la découverte de secrets aussi inavouables qu’horribles.

Troisième histoire où l’on retrouve Marcus & Sandra, ce duo si attachant. Donato Carrisi signe ici un roman digne d’une intrigue à la « Da Vinci Code ». On visite Rome en compagnie des deux protagonistes, en plein coupure d’électricité qui donne à la ville une ambiance de fin du monde. C’est un plaisir de retrouver le pénitencier et la photographe dans cette nouvelle chasse à l’homme. Sur un fond religieux et même sectaire, l’intrigue est mystérieuse et il m’a été (parfois) difficile de m’y retrouver. J’adore cet auteur italien, qui jusqu’à présent ne m’a jamais déçu, cependant je dois vous avouer que j’ai lu Tenebra Roma sans être emballée plus que ça.

En aucun cas je dirai que livre est mauvais, mais l’absence de surprise (en tout cas pour moi) m’a laissé un arrière goût de longueur interminable. Carrisi connaît la recette du succès mais à force d’utiliser les mêmes ingrédients sans jamais tenter d’innover pour rendre le plat surprenant, on tourne les pages sans s’attendre à un rebondissement. On connait l’auteur, on devine où il veut nous emmener… La sauce n’a pas pris cette fois pour moi.

Je retiens quand même le côté romain que j’adore, ayant la chance de visiter cette fabuleuse ville pendant 4 jours, c’est toujours avec enthousiasme que je me plonge dans les livres où l’histoire se déroule là bas. Rome est considéré comme un personnage à part entière, où sa destruction semble irrémédiable. On assiste à sa déchéance sans pouvoir rien faire, que ce fût difficile !!! Pour les néophytes de Donato Carrisi, ne tenez pas compte de mes remarques, en lisant ce bouquin vous allez découvrir un auteur fabuleux avec des intrigues géniales et ainsi pouvoir goûter au bonheur de la première lecture. C’est juste que pour ma part le déjà vu/déjà lu m’a laissé sur ma faim. L’attachement que je porte à Marcus m’a cependant permis de me replonger, remplie de nostalgie dans l’univers italien que j’aime tant.

Vous l’aurez donc compris, mis à part le fait que l’intrigue (et ce malgré tous les secrets à percer) ait été un peu trop commune pour moi, le style et l’écriture de l’auteur m’ont tout de même séduit. J’aime les thrillers italiens de Sandrone Dazieri et de Donato Carrisi et je sais très bien que malgré ma légère déception sur celui-ci, je serai parfaitement incapable de résister à la tentation d’acheter les prochains opus. Il est évident que je ne resterai pas sur ce sentiment frustrant et que ma réconciliation avec le monde que propose l’auteur ne saurait tarder!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :