Personne n’a oublié – Stéphanie Exbrayat

« Je me sens sale et humiliée. Je me dégoûte. J’ai l’épouvante de moi-même. Il me tuera peut-être. Je n’ai plus rien à perdre. Plus rien à craindre. Le pire m’est déjà arrivé. »

Colette est une jeune femme de 27 ans. Nous sommes dans le Morvan des années 60. Elle est mariée à François, qu’elle n’aime pas. Nul autre choix quand une jeune fille tombe enceinte d’un autre homme. Le mariage est arrangé et joue sur les apparences. Seulement voilà, le petit Sam, fils chérie par sa maman meurt à 8 ans. Après une chute de plusieurs mètres dans la grange, son crâne explose sur le sol. La colère et les excès de violence de François font douter Colette. Son petit garçon est-il réellement mort par accident comme tout laisse supposer? L’époux a-t-il découvert qu’il n’était pas le père et joué un rôle dans ce drame? Le deuil est impossible… Cette mère rongée par le chagrin doit connaître la vérité, quel qu’en soit le prix.

Tout d’abord, je tiens à remercier chaleureusement Stéphanie Exbrayat, l’auteure de Personne n’a oublié pour la confiance qu’elle m’a accordé en m’envoyant son livre. Quelle histoire! Le retour dans le passé, là où un village de Bourgogne-Franche-Comté tente de panser ses plaies suite à la seconde guerre mondiale est vraiment bien pensé. Mes lectures habituelles sont plutôt encrées dans un présent plus ou moins proche, c’est donc une nouveauté pour moi de me retrouver plus de 50 ans en arrière. La condition de la femme et son souhait d’émancipation sont exposés sans fard: soit elle a un mari qui lui permet de vivre une vie en toute autonomie (attention, tout est relatif tout de même…), soit elle a un mari qui ne veut d’elle, qu’une femme au foyer entièrement dévouée à sa vie de famille et à son époux. Devinez dans quelle catégorie se trouve François?

Le contexte d’après guerre dans un village rural où tout le monde se connaît et pense connaître les secrets de tous est mis en avant alors que les actes des collabos sont toujours présents dans la mémoire de chacun. Les personnages sont intenses et très bien travaillés. L’attachement à Colette est inévitable tout comme celui que j’ai ressenti vis à vis de Madeleine, son amie et voisine. On prend plaisir à imaginer la messe du dimanche et le(s) petit(s) coup(s) à boire au bistrot de la place. On y croit, on s’y voit.

La tension monte crescendo, elle est palpable, notre palpitant s’accélère, les temps morts se font rares. C’est brillant ! La réalité est tellement présente qu’il est difficile d’imaginer que l’histoire n’est que fiction. C’est crédible et convainquant. L’écriture fluide et brute de pomme est captivante, la fin d’un chapitre ne vous permettra pas de vous stopper dans votre lecture. Seule la fatigue a eu raison de moi pour me faire poser ce livre sur ma table de chevet. Le compte à rebours que Colette inscrit sur son journal intime nous prend aux tripes. Il rythme le récit et nous met sous pression. C’est efficace et jubilatoire !

Certaines scènes sont assez violentes et il nous est facile pour nous, lecteurs de laisser place à notre imagination pour visualiser les événements décrits par l’auteure. Croyez moi, c’est bien pire que de lire la description…On lit entre les lignes et on en prend plein la tête. L’ambiance pesante qui vous suivra au fil des pages vous laissera un arrière goût de trop peu. J’aurais aimé que ma lecture dure plus longtemps… C’est pour dire, vous l’aurez donc compris, j’ai vraiment beaucoup apprécié. La fin m’a laissé sans voix, je n’aurais pas réussi à deviner la résolution de cette énigme. C’est le cœur lourd que j’ai refermé le livre et que j’ai laissé Colette vivre sa vie.

La plume de l’auteure ne me laisse pas indifférente et il est certain que je me jetterai sur le prochain bouquin avec une impatience non dissimulée.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :