Le feu de Dieu – Pierre Bordage

« Comme les dinosaures ou les mammouths avant elle, comme tant d’espèces disparues, l’humanité risquait de s’effacer à jamais. »

Depuis longtemps, Franx sait qu’une catastrophe spectaculaire va arriver. Il sait que la fin du monde est proche. C’est pour quoi, au fin fond du Périgord, il a construit Le feu de Dieu, une ferme prête à affronter le cataclysme qu’il sait imminent, avec les ressources suffisantes pour tenir plusieurs années en toute autonomie. Il a su entrainer ses proches dans sa folle aventure, certains sont restés, d’autres sont partis. Seulement, Franx n’avait pas prévu que la fin de ce que l’on connait de la terre arriverait alors qu’il se trouve à Paris, loin de sa famille, réglant une histoire d’héritage à des kilomètres de chez lui. Il entreprend alors, à travers le pays et la nuit perpétuelle qui s’est installée, un long voyage, à pieds, en compagnie d’une étrange petite fille rencontrée sur la route. Son voyage sera peuplé d’obstacles et sa survie dépendra également de son humanité. Il ne se doute pas le moins du monde qu’à la ferme, sa femme et ses enfants sont victimes d’un bourreau pas comme les autres, qui prend le pouvoir sans aucune considération pour ses pairs.

Et voilà que commence un périple de plus de 500 kilomètres dans une atmosphère post-apocalyptique noire et gelée. Amateur du genre, vous allez vous régaler ! A travers la quête du personnage vous allez vous faire ballotter entre les terres gelées, la fournaise des volcans en fusion, les rencontres hostiles qui se produisent lorsque l’homme devient animal, bref un joli cocktail chargé de tous les ingrédients nécessaires à la réussite d’un roman de ce genre.

N’espérez pas y croiser des zombies, ici, il ne s’agit nullement d’un remake de The Walking Dead. J’aurais tendance à dire qu’il s’agit d’un roman initiatique qui montre les éventuelles façons que l’humain pourrait avoir en cas de catastrophe naturelle de ce genre. Franchement? Ce n’est pas toujours joli à voir !

Enfin bref, tantôt vous accompagnerez Franx à travers le pays, tantôt vous vous retrouverez enfermés dans le Feu de Dieu avec Jim, l’horrible personnage qui martyrise la petite famille qui tente de survivre. Difficile lorsqu’une adolescente plutôt caractérielle décide de tenir tête et quand un gamin un peu bizarre dit voir son père à travers ses visions alors que leur mère semble résignée à offrir au tyran tout ce qu’il désire. Bizarre tout ça n’est-ce pas? (ne jugeons pas…) Un huit clos étouffant et suffocant.

Le côté « un chapitre sur deux » instaure un suspens agréable lors de notre lecture, on est brimbalé entre le froid de l’extérieur et la chaleur (relative) de la ferme. Chaque personnage à ses ennuis (plus au moins importants selon le point de vue). Ne vous attendez pas à vous attacher aux protagonistes, l’auteur fait plutôt focus sur l’atmosphère et la situation catastrophique plutôt que sur eux. Peu d’attache donc pour ces différentes personnalités qui sont trop peu développées à mon goût.

Mais de quoi l’Homme est-il capable pour sa survie? Inutile de vous rappeler ce que nous dirions dans ce genre de situation: l’Homme est un loup pour l’Homme. Mais bon, avouons que c’est déjà valable malgré l’absence de fin du monde. Tout ça pour vous dire que Pierre Bordage explore les fins fonds de ce qu’un être humain est capable de faire pour rester en vie. Peut-on l’en blâmer? Impossible de répondre puisque nous ne sommes (fort heureusement) pas en mesure d’affirmer avec certitude l’attitude que l’on pourrait avoir dans ce genre de bouleversement.

Peu habituée à ce style d’histoire (du moins en lecture car au cinéma on a cette malchance de le vivre chaque année), j’ai passé un moment agréable. L’auteur met ses tripes sur le papier, ça se sent, le sujet semble lui tenir à cœur. Quelle part de nous mettre en avant face à l’adversité? L’espoir tient une place prépondérante dans le récit, ne pas le remarquer serait faire offense au message de Bordage. N’ayant que peu de possibilités de comparaisons, j’aurais tendance à vous dire que dans l’ensemble ce fut une lecture plaisante, mais je dois vous avouer qu’une fois terminée, j’avais hâte de me replonger dans mes enquêtes policières et mes thrillers psychologiques !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s