Récidive – Sonja Delzongle

« Il n’y a qu’une minute de la vie à la mort »

Hanah, profileuse française aux méthodes peu conventionnelles (l’utilisation d’un pendule par exemple) exilée aux États-Unis est de retour à Brooklyn après sa dernière enquête à Crytal Lake, près de Chicago (cf Quand la neige danse). Voilà quelques semaines qu’elle est chez elle et la nouvelle tombe: son père, Erwan Kardec, mourant, vient de sortir de prison après avoir passé 25 ans de sa vie à l’ombre pour le meurtre de sa femme. Hanah n’était encore qu’une enfant et pourtant, elle a témoigné contre cet homme qui lui a pris sa mère. Aujourd’hui elle sait que sa vie est en danger, il le lui a promis lors du procès : il l’a retrouvera et il se vengera. Commence alors de nombreuses nuits d’insomnies et de réminiscences qui mettront les nerfs d’Hanah à rude épreuve. Aura-t-elle enfin les réponses qu’elle attendait? Doit-elle se cacher d’un père vindicatif ou au contraire l’affronter au risque de se confronter à une issue probablement fatale? La traque commence, mais quel est le prix de la vérité?

Comme à chaque fois, Sonja Delzongle a su m’embarquer dans son histoire, passant à la perfection de Saint-Malo à Brooklyn en quelques pages, me faisant avaler plus de 5 500 kilomètres en un mouvement. Deux villes, mais une histoire. Partant d’un fait divers bien réel, celui du naufrage du Hilda en 1905, l’auteure tisse sa toile et nous embarque dans un jeu de piste vertigineux. Déjà très attachée à la célèbre profileuse Hanah Baxter, créée en 2015 avec Dust, ce fut un réel plaisir de la retrouver dans cette nouvelle enquête, cette fois centrée sur elle-même et sur la (dé)construction de son personnage plus vrai et plus humain que jamais. Exit les super-héros, ici on a juste une femme qui voit sa carapace se fissurer un peu plus chaque jour.

L’écriture franche et sincère de Sonja Delzongle vous prend aux tripes dès les premières pages, on suffoque, on coule pour mieux remonter à la surface le temps de quelques chapitres. L’auteure mène sa barque d’une main de maître avec une histoire rythmée et sous tension, qui pousse le lecteur déjà empathique (comment ne pas l’être?), à vouloir à tout prix avaler les pages suivantes. J’ai retenu mon souffle, j’ai soutenu Hanah, comme j’ai pu, l’encourageant dans les moments difficiles.

Au delà de l’intrigue, les personnages sont construits avec talent, mettant en avant les failles souvent trop présentes chez l’Homme comme principalement l’intolérance au sein d’une famille, du monde professionnel et plus généralement de la société. Les sujets abordés sont divers et variés, que ce soit l’homosexualité, la séropositivité, la quête identitaire, la dépendance à la drogue et ses effets destructeurs. Un cocktail explosif qui fait de ce thriller une réussite indéniable et un roman écrit avec conviction et authenticité.

L’ambiance malouine est oppressante. Aussi belle soit cette ville, les meurtres qui s’y enchainent la rende inquiétante. Lourde d’un passé à la triste réputation d’avoir hébergée « le monstre de Saint-Malo », la commune portuaire semble se réveillée et tente de repousser comme elle peut, avec tempête et force de l’ordre le retour de ce Kerdac qui n’a fait qu’horrifier la population à travers son crime abjecte.

Oh c’est vrai, au fil des pages, vous aurez l’impression de connaître votre cap par cœur, avec fierté ou déception, vous penserez avoir déjà compris le fin mot de l’histoire. Mais entre vous et moi, pensez-vous sincèrement que Sonja Delzongle est le genre d’auteur à vous laisser imaginer le sort qui est réservé à son héroïne avant la toute fin? Que nenni, elle n’est pas comme ça ! La surprise sera au rendez-vous là où vous y attendez le moins. La fin sera ponctuée d’un « Oh bah je l’avais pas vu venir celle-là! » et ce, malgré les nombreuses petites graines qui ont été semées au fil des pages et qu’on ne voit bien sûr, qu’après. Et là, on se dit, un peu piqué au vif que notre œil de lecteur n’est peut-être pas aussi affuté qu’on le pensait. Voilà la recette de l’auteure pour qu’à chaque lecture, ses fidèles savent pourquoi ils l’aiment tant. Surprenante c’est évident, excellente c’est une certitude. Avec Récidive, Sonja prouve une fois de plus qu’elle mérite sa place parmi les meilleurs auteurs de thrillers français.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s