Le souffle de la nuit – Alexandre Galien

« Au moment où il met la clé dans la serrure, je m’élance comme un fauve… »

Note : 4.5 sur 5.
sortie le 24 septembre 2020

Philippe Valmy est brisé. Un an s’est écoulé depuis le drame qu’il a vécu. Ancien flic du 36, il est aujourd’hui adjoint de l’attaché de sécurité intérieure à l’ambassade de France au Nigéria. Loin de son pays, il survit tant bien que mal avec ses blessures. L’appel de son ancien chef vient tout chambouler. Un meurtre vient d’être commis à Paris : Louis, flic de la mondaine et collègue vient d’être tué. Une poupée étrange est retrouvée dans les entrailles de la victime. Tout porte à croire que la brigade fait face à un crime vaudou. Valmy revient en France en tant que consultant, l’équipe se reforme. Entre traque, magie noire et politique, l’enquête est lancée et le groupe doit faire face à une série de meurtres qui promet de nombreux rebondissements.

Si vous cherchez un polar pur et dur, alors ce livre est fait pour vous ! Après Les cicatrices de la nuit (que je vous conseille de lire avant celui-ci pour suivre l’évolution des personnages), Alexandre Galien signe un roman policier digne des grands classiques ! Tous les ingrédients sont réunis pour en faire une référence du genre : des flics du Bastion, un esprit d’équipe, une enquête qui vous mènera dans les 4 coins de Paris, des tensions non dissimulées au sein des différents services, un brin de politique, de la prostitution, bref une réussite !

Un thriller haletant, efficace et troublant de part sa crédibilité, façon Norek, si vous voyez ce que je veux dire. On retrouve notre flic cassé auquel on s’est déjà attaché lors du précédent opus ainsi que son équipe et les nouvelles recrues. J’apprécie particulièrement l’humanité que l’auteur met dans ses personnages, aucunement stéréotypés, ils sont entiers, avec leur fêlures, leurs difficultés (tant personnelles que professionnelles). On y croit, on est happé, on ne peut plus les lâcher. Les nombreuses références au jargon policier sont annotées pour éviter de nous laisser sur le seuil, les jeux de mots cyniques sont fréquents (j’adore ça, j’en ai même noté deux ou trois que je pourrai ressortir lorsque l’occasion se présentera). A travers sa plume, on peut dire qu’Alexandre Galien écrit avec le cœur et les tripes, il connait son sujet et nous embarque sans jamais nous noyer.

L’enquête est différente de celles que j’ai l’habitude de lire et c’est une aubaine de ne pas lire un polar redondant qui reprend les bonnes vieilles méthodes. J’ai d’autant plus apprécié découvrir, au moins un peu, une culture dont j’ignorais absolument tout : le vaudou, les croyances nigériennes… On lit, on se divertie et on se cultive ! Que demander de plus ? Les chapitres sont relativement courts et donnent un rythme soutenu à la lecture, un véritable plaisir pour ma part car j’aime tout particulièrement lorsqu’un roman est composé de cette façon. L’auteur nous glisse d’ailleurs quelques chapitres énigmatiques, qui prennent sens au fur et à mesure, d’un personnage qui parle à la première personne et qui semble être l’objet de cette traque parisienne. Une façon pour nous, lecteur, de comprendre la motivation de ses actes, sans pour autant les cautionner et de pouvoir rendre palpable ce ou cette tueur(se).

L’équipe dirigée aujourd’hui par Antoine et non par Philippe Valmy est au cœur de l’histoire et est mise à l’honneur sans aucune prétention. Simplement grâce à une détermination sans faille. De quoi redorer le blason bien trop souvent bafoué de la police de nos jours. Le portrait de Valmy est fidèle au premier roman, il est intègre et malgré ses blessures il reste un éternel flic dans l’âme. C’est avec beaucoup d’espoir que j’imagine le retrouver, lui et l’équipe d’Antoine dans de prochaines enquêtes qui, j’en suis certaine, seront à la hauteur de ces deux romans policiers à avoir impérativement dans sa bibliothèque. Petit bonus : l’auteur a été lauréat du prix du Quai des Orfèvres 2020, plutôt génial non ? Probablement le prix le plus prestigieux pour un polar !

J’ai découvert Alexandre Galien grâce un Instacopain et je peux vous dire aujourd’hui, que même à travers nos écrans, il a su cibler ce qui pourrait me plaire ! En suivant ses conseils j’ai pu acheter le premier livre et toujours grâce à lui, j’ai pu participer au concours Michel Lafond et remporter le deuxième livre. La joie des réseaux !

Pourquoi pas placer ces deux romans au pied du sapin cette année? Je suis sûre que ça ferait plaisir à vos proche (ou à vous même bien sûr!)

1er roman

Dernières parutions :

Le souffle de la nuit – Alexandre Galien

« Au moment où il met la clé dans la serrure, je m’élance comme un fauve… » Philippe Valmy est brisé. Un an s’est écoulé depuis le drame qu’il a vécu. Ancien flic du 36, il est aujourd’hui adjoint de l’attaché de sécurité intérieure à l’ambassade de France au Nigéria. Loin de son pays, il survit tant […]

Cottage, fantôme et guet-apens – Ann Granger

« Si tous ces gens s’étaient comportés de façon raisonnable, il ne serait rien arrivé du tout. » Alors que sa ferme est condamnée depuis près de trente ans suite aux meurtres de ses parents par son propre frère, Eli reçoit un jour un appel lui signalant qu’un rôdeur aurait été aperçu sur sa propriété. Lucas Burton […]

A la folie, pas du tout – M.J. Arlidge

« Elle était prête à foncer tête la première vers le danger. » Après ces derniers mois éprouvants, Helen Grace ne s’attendait pas ce matin là, en enfourchant sa nouvelle Kawasaki à vivre une journée aussi difficile. Premier meurtre de la journée, une épouse et mère de famille, laissée au bord d’une route de campagne. S’en suit […]

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s