Et si nous retrouvions un peu l’enfant qui se cache en nous?

Quel que soit notre âge actuel, il est une chose irrémédiable dans la vie, c’est de vieillir. Chaque jour, notre existence se transforme un peu plus. Pour certains c’est l’entrée dans l’adolescence, pour d’autres c’est le fait de rentrer dans le monde du travail et tout ce qui va avec (son logement, ses factures et toutes ses responsabilités). Il y a les futurs ou les jeunes parents. Il y a aussi ceux qui commencent tout juste leur retraite et puis bien sûr, il y a tous ces entre-deux.

Vous l’aurez compris, la vie est faite ainsi et pour certaines personnes c’est plus facile que pour d’autres. Pour ma part, comme je vous l’ai déjà évoqué précédemment dans un autre article, le passage de la trentième année a été particulièrement difficile. J’ai d’autant plus de mal que j’ai juste cligné des yeux et me voilà à quasiment 31 ans. À ce jour, j’ai un travail, un logement et une jolie famille. Cependant tout cela ne rend pas forcément les choses plus simples, ces tournants importants qui échelonnent notre vie sont des étapes à passer.

En décembre, alors que je flânais sur le Web à la recherche de titres à ajouter à ma wishlist (toujours plus), je suis tombée par hasard sur un bouquin qui a particulièrement attiré mon attention. Voulant d’abord l’offrir à ma petite sœur pour Noël, je me suis finalement laissée séduire et je me le suis également offert. Penser et agir comme le Petit Prince. Une sorte d’analyse du célèbre conte philosophique d’Antoine de Saint Exupery sur fond de développement personnel. Bref une lecture complètement inédite pour moi, j’ai toujours fui ce genre de livre, n’arrivant jamais à m’y plonger et ayant une certaine réticence à vraiment essayer. Cependant, j’ai toujours gardé un souvenir particulièrement bon et précieux du Petit Prince et je me suis donc dit : et pourquoi pas?

J’ai finalement commencé ce petit guide de Stéphane Garnier et je dois avouer qu’en plus de m’apprendre énormément de choses sur la philosophie de l’histoire (on en saisit pas forcément le véritable sens lorsqu’on le lit enfant), j’ai également ouvert les yeux sur certains points. Il est vrai qu’en grandissant ou en vieillissant (tout dépend de l’étape dans laquelle vous vous trouvez) on est beaucoup plus terre à terre et responsables. C’est complètement normal, on pense que c’est dans l’ordre des choses, que c’est notre devoir après tout. Notre maturité fait de nous des adultes qui malheureusement ont oublié une grosse partie de ce que nous a apporté notre enfance.

Je me suis toujours considérée comme une adulte avec une âme d’enfant (emmenez-moi à Disney et vous verrez! Parlez-moi d’Harry Potter, de jeux en tous genres et je serai présente !). Cependant je dois admettre que j’avais oublié à quel point une simple prise de conscience peut réveiller l’enfant (le vrai) qui sommeille en moi. La vision du Petit Prince peut sembler pour certains un peu naïve mais pour ma part, elle est tellement sincère que j’y trouve une sorte de réconfort. Évidemment, toutes ces belles phrases et ces bons conseils ne sont pas forcément applicables en permanence et heureusement, nous avons tout de même notre libre arbitre. Mais si finalement j’arrive à retrouver le Petit Prince qui est en moi, juste un peu et juste de temps en temps et bien je suis persuadée d’arriver à être complètement la Marie que je souhaite être.

« Comme le Petit Prince, réapprenez à vous faire du bien. Même quand tous les soleils ne sont pas éclairés, que certains sont éteints. Car savoir se faire du bien, ce n’est pas seulement profiter, jouir, c’est aussi savoir, comme le petit prince, panser ses plaies. Et aider le temps, qui soulage de lui-même, à mettre un peu de baume sur les blessures d’hier. Quand, comme pour lui, les couchers de soleil peuvent soulager sa tristesse, il est de notre ressort de cultiver dans nos vies ce qui peut aussi adoucir nos cœurs qui saignent. «  p64

Alors bien sûr je ne prends pas du tout cette lecture comme une façon de vivre à appliquer au pied de la lettre mais plus comme une sorte de coaching qui me permettra, dans certains moments de ma vie de me recentrer sur moi-même et sur mes émotions. Je n’imagine aucunement le Petit Prince comme un gourou mais plutôt comme un petit bonhomme qui nous fait prendre du recul sur la véritable valeur des choses. Je ne vais pas changer du tout au tout grâce à ce livre, c’est certain, mais en tout cas, j’aime l’idée d’aller y piocher certaines petites philosophies de vie saines, qui ne pourront m’apporter que du bien-être.

Chacun perçoit et vit les choses à sa façon, il y a les optimistes, les pessimistes, les introvertis, les extravertis, les discrets ou au contraire les exubérants, bref tout le monde est différent et c’est tant mieux. Pour ma part je me situe dans une catégorie un peu particulière : hypersensible, émotive, empathique à gogo, j’ai compris depuis quelques mois maintenant que pour me sentir bien et m’occuper correctement des autres il faut avant tout que je m’occupe de moi-même. Sinon j’ai vite fait de tomber dans le « fais ce que je dis mais pas ce que je fais » et c’est quelque chose qui m’insupporte. Voilà pourquoi, sûrement parce que je vieillis comme tout le monde, j’apprends à me connaître vraiment et à m’apprivoiser. C’est parfois difficile mais c’est souvent enrichissant.

« S’affranchir du regard des autres, c’est effacer d’un revers de main ce pseudo-pouvoir qui se voudrait régir nos existences, quand tous, nous sommes bien assez clairvoyants pour juger de nos actes, en toute conscience. » p173

Tout ça pour vous dire qu’en cherchant à toujours m’améliorer dans mes qualités humaines, j’en oublie parfois l’essentiel. C’est pour quoi depuis maintenant près d’un an, je sens le changement en moi grâce au lâcher prise. La lecture, en tant que passionnée que je suis, y est pour beaucoup. Pour ne pas dire pour quasiment tout. En arrêtant de me culpabiliser sur le temps que je passe à bouquiner et en profitant tout simplement du fait de lire quand et où je veux et bien je remarque que je me sens bien mieux et sereine. Bien sûr je ne me suis pas coupée du monde, malgré tout, je passe beaucoup plus de temps à lire et si mon planning professionnel ou personnel est chargé, je m’organise pour TOUJOURS me dégager du temps. Aujourd’hui, je ne ressens plus ce sentiment de surmenage ou de surcharge émotionnelle. J’ai trouvé mon équilibre. Il ne sera probablement pas le même pour toujours puisque j’évolue de jour en jour, mais je suis persuadée que j’arriverai à le faire évoluer au même rythme que moi.

En finalité, cette lecture agréable mais pas accusatrice m’a simplement permis de faire une petite introspection et j’en garderai un sentiment de réconfort et de bien-être. Dans une vie où tout va à 100 à l’heure, c’est parfois agréable de freiner un peu, de prendre conscience de certaines choses indispensables à notre équilibre.

Et puis comme le Renard le dit si bien :

« – Adieu, dit le renard. Voici mon secret. Il est très simple : on ne voit bien qu’avec le cœur. L’essentiel est invisible pour les yeux.

– L’essentiel est invisible pour les yeux, répéta le Petit Prince, afin de se souvenir. »

Chapitre XXI

Prenez bien soin de vous, écoutez-vous et croyez en vos rêves (même s’ils ne resteront que de simples rêves), c’est vraiment je pense, la clé pour réussir à prendre soin des autres et être épanoui.

Un commentaire

Répondre à Février 2021, que s’est-il passé? – Black-Books Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s