Et les vivants autour – Barbara Abel

« Peut-être faut-il affronter la mort en face pour permettre à la vie de s’imposer enfin ? »

Note : 3.5 sur 5.

Résumé éditeur :

Voilà quatre ans que l’ombre de Jeanne plane sur eux.
Comme s’ils n’avaient plus le droit de vivre pour de vrai tant qu’elle était morte pour de faux.

Cela fait quatre ans que la vie de la famille Mercier est en suspens. Quatre ans que l’existence de chacun ne tourne plus qu’autour du corps de Jeanne, vingt-neuf ans. Un corps allongé sur un lit d’hôpital, qui ne donne aucun signe de vie, mais qui est néanmoins bien vivant. Les médecins appellent cela un coma, un état d’éveil non répondant et préconisent, depuis plusieurs mois déjà, l’arrêt des soins. C’est pourquoi, lorsque le professeur Goossens convoque les parents et l’époux de Jeanne pour un entretien, tous redoutent ce qu’ils vont entendre. Ils sont pourtant bien loin d’imaginer ce qui les attend. L’impensable est arrivé. Le dilemme auquel ils sont confrontés est totalement insensé et la famille de Jeanne, en apparence si soudée, commence à se déchirer autour du corps de la jeune femme…

Avis :

Barbara Abel a vraiment un style propre à elle, on la reconnaît parmi toutes et tous. Une plume brute, des phrases directes qui vont droit au but et un rythme oppressant. Je ne peux pas dire que j’ai adoré toute sa bibliographie, mais j’ai d’excellents souvenirs de lecture pour certains de ses livres, particulièrement les thrillers domestiques. J’ai donc naturellement été attirée par Et les vivants autour dès sa sortie poche.

L’histoire est noire, très noire. On va suivre une famille ébranlée par un accident qui a plongé dans le coma la cadette. Tour à tour, on fait connaissance avec les différents membres de cette famille : Micheline, la mère dévouée et soumise, Gilbert, le père à qui la brillante carrière qu’il mène lui confère l’impression d’être au dessus de tout et de tout le monde. Charlotte, la sœur ainée qui voit partir sa vie à vau l’eau et Jérôme, mari de Jeanne, qui depuis 4 ans tente tant bien que mal de faire face à l’absence de sa femme.

Seulement, on comprend très vite que des secrets, des non-dits dirigent cette famille malheureuse.

Ce type de scenario, moi j’adore et j’adhère. On tente de deviner, on se méfie un peu des uns et des autres et on est là, aux aguets à tenter de dénicher l’indice qui pourra nous éclairer.

Mais ça donne quoi ici ?

Déjà, j’ai trouvé les personnages très bien construits et assez crédibles. J’ai eu du mal à m’attacher à eux, mais la situation et la mise en scène ne le permettent peut-être pas autant qu’on le voudrait. Cette histoire est sombre, un peu angoissante quand on y pense. Les thèmes abordés sont sérieux et d’actualités : l’euthanasie, l’acharnement thérapeutique, les conséquences d’un tel drame sur une famille entière etc. De là à approuver ce qui est écrit sur la 4ème de découverte, non (« On craint le pire. A raison… On découvre un événement inattendu, qui cueille à froid même les plus férus lecteurs de thrillers. » Lire)

Oui c’est une bonne lecture. Mais je pense que mes attentes étaient sûrement plus grandes et par conséquent, j’ai été un peu déçu. Pour ma part, la lenteur de l’histoire, j’entends par là le fait qu’il n’y ait pas de rebondissements complétement WAHOU m’a un peu perdue à certains moments. Alors bien sûr, l’histoire de fond est rudement menée, les secrets sont dévoilés petit à petit et on pourrait se dire « ah ouais quand même ! » mais non. Je n’ai pas eu l’effet de surprise qu’on me promettait.

Le plus sidérant dans tout ça reste tout de même le fait que Barbara Abel se soit inspirée d’un fait divers réel pour écrire son histoire, et ça…. C’est glaçant.

En conclusion?

Un plume parfaite, des phrases percutantes, vraies et directes. Une réussite. Une histoire vraiment noire mais quelques lenteurs. J’ai tout de même globalement beaucoup apprécié, notamment grâce au talent d’écriture de l’auteure qui pour ma part, n’est plus à prouver. Le récit est parfaitement bien construit. Oscillant entre thriller domestique et roman psychologique, les ingrédients sont là et font une bonne recette qui se laisse parfaitement savourer.

Il ne me manquait que cet effroi que j’attendais et que je n’ai pas eu.

Un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s