Juste avant de mourir – S.K. Tremayne

« Il n’y a pas eu d’accident, Kath. Tu as essayé de quitter ton mari et ta fille, de te détruire, de tout anéantir. Tu as voulu te suicider. Et personne ne sait pourquoi. »

Note : 3.5 sur 5.

Résumé éditeur :

Pourquoi tu m’as fait ça, maman ?

Kath, Adam et leur petite Lyla, intelligente mais renfermée, habitent une ancienne ferme isolée en plein milieu de la lande, dans le Devon. Un jour, Kath se réveille aux urgences après avoir été victime d’un grave accident de voiture. Elle n’a aucun souvenir des circonstances l’ayant conduite au drame. De retour chez elle, choquée mais heureuse de retrouver sa famille, elle déchante vite : Lyla dessine d’étranges motifs et répète qu’elle voit un homme sur la lande. Quant à Adam, il paraît en vouloir terriblement à son épouse, pour une raison que cette dernière ne s’explique pas. Autour de la maison, Kath tombe sur des mises en scène macabres… Alors que le comportement de Lyla devient de plus en plus inquiétant, Kath apprend que c’est en essayant de se
suicider qu’elle a fini à l’hôpital. C’est le choc. Et le début de flash-backs angoissants qui vont la conduire elle aussi vers cet inconnu qui hante la lande.

Avis :

J’avais adoré Le doute du même auteur, que dis-je? J’avais eu un énorme coup de cœur ! C’est pour quoi je me suis naturellement tournée vers les autres livres de S.K. Tremayne. Bien que complétement différent dans l’histoire, Juste avant de mourir a su retranscrire ce que j’avais tant aimé : un décor et une atmosphère intenses. Thriller psychologique assez dramatique, planté en plein milieu des landes anglaises où l’hiver glacial et mordant rend l’ambiance mystérieuse, j’ai adoré les quelques références au folklore et à la sorcellerie. Kath est forte, avec une volonté et une envie de se battre qui met tout le monde KO. Rien ne l’arrête quand il s’agit de protéger sa petite fille. Elle a beau passer une bonne partie du livre à se questionner encore et encore, elle n’est pas pour autant pénible, loin de là.

J’ai particulièrement aimé la profondeur de la plume de l’auteur, qui arrive à mettre des mots sur des événements, des situations, des contextes complexes. Rien de redondant bien que l’histoire n’aille pas à 100 à l’heure, on laisse le temps à la pression de monter, au suspense de s’installer. On doute de tout le monde. Axé principalement sur le côté mystérieux des landes, des secrets de famille, du syndrome de l’autisme asperger, la quête de Kath pour découvrir la vérité m’a complétement transporté et convaincu. De là à réitérer le coup de cœur, non mais c’est tout de même un excellent thriller. Le personnage de Lyla, quant à elle, est aussi intrigant que fascinant. Elle est vraiment, à mes yeux la plus grande force du livre. Difficile de résister à sa personnalité atypique, à son univers, à sa sensibilité. L’auteur nous présente l’autisme sous une forme différente, comme une force plutôt qu’une faiblesse. Bien documenté, on ne tombe nullement dans le cliché, bien au contraire. C’est avant tout une ode à la différence, à la tolérance, à l’acceptation.

L’ambiance lourde, pesante, mystérieuse parfois même hostile qui plane tout au long de la lecture rajoute un personnage à l’histoire. Les descriptions sont telles qu’on se croirait nous même au cœur du Devon, sans pour autant nous alourdir de détails sur chaque feuille d’arbre ou chaque caillou posé au sol (OUF, j’ai horreur de ça). C’est un tout. A cela s’ajoute les légendes de sorcières, de l’homme vert, de sacrifices animaliers et vous voilà plongé dans un thriller atmosphérique intense qui ne se laissera pas poser aussi facilement que ça.

En bref?

Une très bonne lecture, un bon suspense, un final que je n’avais pas vu venir, j’en suis ravie. Les personnages sont parfaitement bien maitrisés, les émotions très bien décrites. Le rythme a beau être un peu plus lent que ce que je lis habituellement, j’ai aimé parcourir les pages et les tourner, finalement assez rapidement. Un excellent thriller qui je pense, trouverait parfaitement sa place dans les lectures d’hiver. Je n’ai pas réussi à le garder jusque là et pourtant, j’aurais adoré le lire sous un plaid pilou-pilou, avec une tasse de thé fumant, m’imaginant marcher dans les landes anglaises avec en toile de fond : les rites païens, les légendes et les poneys sauvages.

N’hésitez, pas si vous aimez les atmosphères travaillées, ce livre est fait pour vous.

Un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s