Billy Summers- Stephen King

« Autrement dit, je suis le dernier melon dans le champ, le dernier petit pois dans la cosse, le dernier chocolat dans la boîte, choisissez votre métaphore. »

Note : 4 sur 5.
En librairie le 21 septembre 2022 chez Albin Michel – 560 pages, 24.90€

4ème de couverture :

L’histoire d’un type bien…qui fait un sale boulot.

Billy Summers est un tueur à gages, le meilleur de sa profession, mais il n’accepte de liquider que les salauds. Aujourd’hui, Billy veut décrocher. Avant cela, seul dans sa chambre, il se prépare pour sa dernière mission…

À la fois thriller, récit de guerre, road trip et déclaration d’amour à l’Amérique des petites villes, Billy Summers est l’un des romans les plus surprenants dans l’oeuvre de Stephen King, qui y a mis tout son génie et son humanité.

Ce que j’en ai pensé :

Billy Summers. En voilà un personnage marquant, inoubliable. Je ne m’attendais à rien de particulier en commençant ce livre. N’étant pas une fidèle de Stephen King (ça passe ou ça casse avec moi), j’y suis allée curieuse mais sans plus. Seulement voilà… Si il y a bien une chose à laquelle je ne m’attendais pas, c’est l’attachement profond que j’allais ressentir pour Billy. Sous son air idiot, il est terriblement intelligent. Il ne laisse rien ou presque au hasard. Il fait des trucs moches, c’est certains, puisqu’il tue. Même s’il ne tue que des méchants, il tue quand même. Et pourtant… Billy est tellement plus que cela. Rempli d’une sensibilité touchante, il essaie de faire au mieux pour accomplir sa dernière mission sans jamais éclabousser les autres. L’ultime mission avant de se ranger, celle qui marque la fin. Evidemment, tout ne se passe pas comme prévu. Billy s’attache, Billy ressent énormément de choses et Billy se fait trahir. S’en suit alors un récit palpitant.

Alternant son passé dans l’armée, grâce au livre qu’il écrit pour sa couverture, son enfance et le présent, on apprend à connaitre un homme fort, touchant et respectueux. A travers ses mots, son histoire racontée, Billy cherche une certaine forme de rédemption. Il tente de calmer ses démons, il fait face. Dans le petit dernier de Stephen King (qui finalement n’est pas si petit), ni horreur, ni fantastique. Du psychologique en revanche, ça oui. Un gros supplément d’âme lorsqu’il croise la route d’une personne qui aura un impact significatif sur sa vie, réciproquement.

Nul besoin de surnaturel pour que le King nous livre un très bon polar. On le savait déjà, notamment avec Misery ou plus récemment Mr Mercedes mais là il réitère l’expérience et je peux vous dire que pour ma part, ce fût une réussite. Je n’ai pas eu cette fois, ce petit goût de va-vite que j’ai déjà ressenti en lisant l’auteur. Il faut dire que des livres, il en sort un bon paquet ! J’ai senti au contraire un fort investissement dans l’écriture, de quoi nous rendre indéniablement empathique envers un personnage qui, rappelons-le est un tueur.

La guerre en Irak a laissé de profondes entailles chez Billy. Le drame qu’il a vécu enfant tout autant, même plus. Il se laisse pourtant apprivoiser et il nous permet de découvrir à quel point sa sensibilité et son intelligence font de lui un personnage littéraire inoubliable. Les quelques références à l’ancien président américain m’auront faite sourire, rien de te qu’un petit message passé aux lecteurs. Un clin d’œil à Shining fera également son apparition, chose somme toute assez normale quand on connait l’auteur.

Le rythme du récit reste relativement lent, imposant aux lecteurs et aux lectrices une ambiance et une atmosphère dont il est difficile de s’extirper. On n’est loin d’un thriller à cent à l’heure, c’est l’une des choses que j’ai vraiment apprécié. Tous les ingrédients du roman noir sont présents, pour mon plus grand plaisir.

Pour conclure :

Un excellent moment passé, une réelle affection pour ce personnage extrêmement bien construit. Une lenteur que j’ai savouré, pour moi indispensable pour inviter le lectorat à rentrer pleinement dans cette histoire palpitante et bouleversante. Quelques personnages caricaturaux, rien de bien méchant, juste de quoi renforcer de temps à l’autre le comportement des « méchants ». Depuis quelques 3 ans, je suis les sorties du King, les lisant systématiquement. Cette année sera la plus marquante. J’ai encore du mal à me détacher de Billy Summers, un peu comme un manque vous voyez? C’est plutôt signe d’une vraie réussite non ?

Je conseille donc ce livre à quiconque est curieux, fidèle ou non de l’auteur, qu’importe, il est destiné à tous. Pas de fantastique, pas d’horreur et pas d’hémoglobine. Juste Billy et l’histoire qu’il a à vous raconter.

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s