Les Extraordinaires – Julien Sandrel

« Cela peut sembler idiot ou ridicule, mais il faut cueillir les morceaux de bonheur là où ils se trouvent. »

Note : 4 sur 5.
En librairie depuis le 1er mars 2023 chez Calmann Levy – 387 pages, 20.50€

4ème de couverture :

Dans l’entourage d’Anna, tout le monde le sait : à 6 ans, sur l’estrade du spectacle de fin d’année, elle a clamé qu’elle voulait être astronaute. Quarante ans plus tard cependant, Anna est bien loin des étoiles : elle est médecin généraliste, et sa vie est trop sage, arrêtée net par un très grand chagrin. Mais ce soir, pour son anniversaire, ses proches lui ont réservé une surprise : ils l’ont inscrite en grand secret au concours de l’Agence spatiale européenne, qui recrute ses futurs astronautes.
Bien sûr, Anna leur dit qu’ils sont fous, remercie, refuse… mais le piège affectueux est bien tendu : un jour, Anna a promis à son plus jeune fils, Michael, qui se battait contre une maladie grave, de tout faire pour réaliser ce rêve de partir dans l’espace. Anna ne peut renier son serment, et se lance à corps perdu dans l’aventure. Lors de la première sélection, elle rencontre un petit groupe de candidats qui a décidé de s’entraider.
Ils se sont baptisés « les Extraordinaires ». Anna sait bien que ses chances sont minces, mais épaulée par ces amoureux de l’espace aussi attachants que courageux et drôles, elle n’y peut rien : elle se met à croire à l’impossible…

Ce que j’en ai pensé :

Julien Sandrel ce magicien des émotions, des récits aussi beaux que poétiques. Quel plaisir de le retrouver, vraiment. Si vous avez un coup de mou, lisez-le. Une thérapie, un petit shoot de bien-être, de bonne humeur et d’espoir. J’ai ouvert Les Extraordinaires sans imaginer ce qu’allait me réserver cette histoire. Une plume fluide, addictive, des chapitres courts, de nombreux dialogues et tellement de sentiments. On passe du rire aux yeux larmoyants en quelques pages. J’ai rencontré des personnages incroyables, les fameux extraordinaires portent vraiment bien leur nom. Un mention spéciale pour Anna, Diego et Nabila. Je ne les oublierai pas, soyez en sûr. Tous ont des secrets, tous essaient de cacher leurs failles, leurs douleurs, leurs traumatismes. Tous vont se livrer, se confier et tous se soutiendront. Un moment de lecture intense.

Anna ne vit qu’entre parenthèses depuis maintenant 3 ans et la mobilisation de sa famille, de ses amis pour l’aider à revenir sur terre en passant par les étoiles est aussi touchante que belle. A travers son roman, Julien Sandrel nous montre que le plus important n’est pas forcément de réaliser ses rêves mais surtout de tout faire pour y arriver. Le chemin que nous entreprenons pour y arriver compte tout autant que le but ultime, si ce n’est plus. Il nous explique que saisir la main tendue n’est pas une faiblesse au contraire, que cela donne de la force. J’aime cette approche, cette sensibilité car même si intégrer le programme de l’Agence Spatiale Européenne n’est pas forcément notre rêve à nous, il est tout de même aisé de nous projeter avec notre propre histoire, nos propres souhaits. En plus de suivre cette grande aventure, Les Extraordinaires dévoilent des secrets puissants, importants, de ceux qui peuvent changer une vie ou du moins la réparer. Résilience. Mot devenu populaire, à la mode et qui pourtant correspond parfaitement à ce que nous raconte l’auteur.

Il ne s’agit pas seulement de se réparer, de se dépasser. Il est aussi question de la place de la femme dans un milieu jugé pourtant très masculin, inaccessible. Ici on parle de l’espace, de la NASA mais ça pourrait être projeter sur tant de domaines. C’est raconté avec beaucoup de justesse, d’humanité, j’ai particulièrement apprécié la manière dont c’est abordé à travers l’intrigue, parce que oui, il s’agit vraiment d’une intrigue. J’ai été touchée et bouleversée, souvent. J’ai eu le cœur qui s’est accéléré, prise dans mes émotions. J’adore ça.

En bref :

Je pense que Julien Sandrel est synonyme de lecture merveilleuse, sincèrement. Une fois de plus, j’ai refermé ce livre à la fois en souriant et en regrettant. Le regret parce que ça y est, c’est déjà terminé. Lu en 24h, j’ai pourtant largement eu le temps de m’attacher aux personnages, à la plume, à l’ambiance. Je conseille ce livre qui rejoint ma liste de ceux à offrir, encore et encore car il est une lecture universelle, qui plaira, pour sûr, à l’ensemble des lecteurs.

« Il faut toujours viser la lune car même en cas d’échec, on atterrit au milieu des étoiles. »
Oscar Wilde

2 commentaires

  1. Ne pas renoncer à ses rêves, même si la réalisation en est impossible, me semble être un thème qui revient dans l’oeuvre de cet auteur que je n’ai, ô honte, pas encore lu.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s