L’île du diable – Nicolas Beuglet

« La vengeance est euphorisante, source de puissance, de vie. Le pardon, c’est l’enterrement de notre amour propre, c’est la soumission. Et aucun être humain sain ne peut vivre soumis. »

Note : 3 sur 5.
Date de parution: le 19/09/2019

Résumé éditeur :

Le corps recouvert d’une étrange poudre blanche…
Des extrémités gangrenées…
Un visage figé dans un rictus de douleur…
En observant le cadavre de son père, Sarah Geringën est saisie d’épouvante. Et quand le médecin légiste lui tend la clé retrouvée au fond de son estomac, l’effroi la paralyse.
Et si son père n’était pas l’homme qu’il prétendait être ?
Des forêts obscures de Norvège aux plaines glaciales de Sibérie, l’ex-inspectrice des forces spéciales s’apprête à affronter un secret de famille terrifiant.
Que découvrira-t-elle dans ce vieux manoir perdu dans les bois ?
Osera-t-elle se rendre jusqu’à l’île du Diable ?

Avis :

Après Le cri et Complot que j’avais beaucoup aimé, que dis-je? Que j’avais adoré ! J’ai tout naturellement jeté mon dévolu sur L’île du diable, troisième opus de la saga de Sarah Geringën. J’en attendais beaucoup, forcément. Nicolas Beuglet avait placé la barre tellement haut que bien malgré lui, il a rendu son lecteur exigeant. D’autant plus quand on sait comment se termine le tome 2, la pression et le suspense sont à leur comble, difficile de faire impasse sur la suite même si j’ai attendu avant de la lire. Après un Beuglet, il faut un peu de temps pour assimiler toutes les informations qu’il nous donne, toujours des faits réels dont on ignorait absolument tout, une claque, à chaque fois.

Alors tout d’abord, je tiens à remercier l’auteur pour le petit récapitulatif qu’il nous offre en première page pour nous remettre gentiment dans le bain. Quant à l’héroïne, quel plaisir de la retrouver ! Une femme forte malgré ses blessures, courageuse et admirable.

J’ai donc ouvert ce troisième tome avec beaucoup d’entrain, me disant que ma lecture ne pourrait être qu’un coup de cœur, indéniablement. Surprise au départ par la taille du livre, que j’ai trouvé beaucoup plus petit que les deux autres, j’ai eu peur de ne pas en avoir assez. Alors bien sûr l’intrigue est là, elle est efficace, révélatrice de nouvelles données incroyables mais, je dois avouer que l’effet WAHOU n’a pas été aussi fort que ce que j’espérais et le coup de cœur ne sera pas au rendez-vous cette fois-ci. Je n’ai pas reconnu Sarah, bien que je comprenne parfaitement son état assez proche de la rupture, j’espérais tout de même retrouver certains traits de son caractère qui m’avaient tant impressionné. Là, j’ai suivi une enquêtrice au bout du rouleau. J’espère vraiment que L’île du diable ne sera pas sa dernière enquête parce que finir une saga comme ça… Pitié non !

J’ai eu le sentiment que le livre allait trop vite, ne rentrant pas dans les détails comme habituellement. On ignore tout de l’année qui vient de s’écouler, on ignore ce que ressent vraiment Sarah, on ne voit que très peu Christopher, tout s’enchaîne trop vite. Alors bien sûr, je ne dis pas que ce thriller est raté, c’est un très bon livre mais je m’attendais probablement à autre chose. C’est totalement subjectif, je sais en lisant les articles des autres lecteurs que je fais partie d’une petite minorité à ne pas avoir ressenti la flamme que je pensais avoir, mais à force, on est conditionné et on en veut à défaut d’en avoir plus, au moins autant.

Le livre est écrit à trois voix : l’enquête de Sarah, celle de Stefen et celle (beaucoup trop rare) de Christopher. Le texte est dynamique, les chapitres courts rythment le récit à la perfection, ce qui en fait un polar qui se lit très, très vite. Quand on connaît l’auteur, on sait que notre lecture va être cadencée, cinématographique et addictive. Ça n’a pas manqué. Les sujets abordés sont intéressants, ils montrent une phase noire de l’Histoire et la science trouve bien évidemment sa place. Un peu plus de détails, de documentations m’auraient probablement permis de vivre cette lecture différemment.

En bref, ce n’est pas un mauvais thriller, c’est juste le moins bon de l’auteur à mes yeux. C’est dommage mais ça n’aura pas réussi à me convaincre, pas après les merveilles qu’il nous a offertes avec les deux premiers. Je ne lâcherai rien, j’ai adoré son one-shot Le dernier message et c’est avec beaucoup d’envie et d’espoir que j’attends le prochain, qu’il soit une enquête de Sarah ou non. Quand on est une lectrice fidèle, on le reste.

Pour lire aller visiter L’île du diable, vous pouvez cliquer juste ici 🙂

Un commentaire

Répondre à Avril 2021, que s’est-il passé? – Black-Books Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s