L’affaire Clara Miller – Olivier Bal

« Et si on vivait, maintenant qu’on est mort ? »

Note : 4.5 sur 5.
Date de parution: le 12/03/2020

Résumé éditeur :

Son cadavre est remonté, comme celui d’autres femmes, à la surface de l’eau. Six au total… Là-bas, dans les forêts du New Hampshire, le lieu maudit porte  un nom : le lac aux suicidées.

Clara Miller était journaliste. Comme Paul Green, le reporter du Globe qui débarque sur l’affaire. Il avait connu Clara étudiante, et ne croit pas un instant à la thèse du suicide.

Un homme l’intrigue : Mike Stilth, l’immense rock star retranchée à quelques kilomètres de là, à Lost Lakes, dans un manoir transformé en forteresse.

L’artiste y vit entouré d’une poignée de fidèles, dont Joan Harlow, redoutable attachée de presse qui veille sur son intimité et se bat comme une lionne dès que l’empire Stilth est attaqué.

Mais Paul, lui, a tout son temps. Dans sa vieille Ford déglinguée, il tourne inlassablement autour du domaine. Avec cette question : et si, du manoir, la route menait directement au lac ?

Avis :

Ça faisait un bout de temps que j’avais envie de découvrir la plume d’Olivier Bal, je me suis donc lancée dans ce thriller. L’histoire m’a intriguée et j’ai trouvé qu’elle donnait un petit vent frais dans ce milieu littéraire où il est de plus en plus difficile de se démarquer par son originalité. Avec L’affaire Clara Miller, l’auteur va nous mener en plein cœur des méandres du show-business. A travers l’enquête qui va être menée par le journaliste Paul Green, on découvre l’univers glauque et parfois pervers de ce milieu où l’apparence est primordiale. Sex drugs and Rock’n’Roll, vous êtes prévenus !

Au début de la lecture, il faut quelques chapitres pour prendre ses marques, pour se situer dans le temps et faire connaissance des différents personnages. En tant que roman choral, il faut juste apprivoiser l’intrigue. Une fois lancée, bien qu’en pleine organisation de mon déménagement, je dois vous dire tout de suite qu’il est difficile à lâcher. On se prend tout de suite au jeu, on veut en savoir au plus vite mais trop quand même car on se délecte de notre lecture. Je l’ai faite durer une petite semaine et je me suis régalée. Un réconfort après une dure journée.

J’ai particulièrement été touchée par les personnages, ce n’est plus un secret pour vous qui me lisez, dès que j’accroche aux persos, il y a déjà 80% de chance que le livre me plaise énormément. En plus de ça, j’ai aimé le cachet que nous offre l’auteur grâce au rythme qui oscille entre super star du rock et mélancolie, détresse. Les sentiments tiennent une place importante : la souffrance, la culpabilité, la solitude, la peur et l’amour… On se retrouve à partager les états d’âmes de chaque personnage (qu’on les aime ou non) et c’est ce qui rend L’affaire Clara Miller aussi authentique. On est proche des protagonistes, on partage tout avec eux : Mike (la super Star), Joan (l’attaché de presse que rien n’arrête), Eva et Noah (les enfants surprotégés), Paul (le chroniqueur intrépide). Le fait que ce soit un journaliste et non un représentant des forces de l’ordre (le fameux flic qu’on a l’habitude de voir) qui mène l’enquête la rend, je trouve, plus accessible, plus simple mais beaucoup plus longue. Les indices sont donnés doucement mais nous mènent progressivement à la délivrance, parce que c’est de cela qu’il s’agit.

Lire un thriller comme celui-ci tout en sachant qu’un second est sur le point de sortir (le 22/04/2021) c’est comme manger du fromage (ou du chocolat pour ceux qui préfèrent) tout en sachant qu’il en reste au frigo. On se régale d’avance ! Je me garde le suivant sous le coude, mais soyez sûr qu’il sera lu dans les prochains jours. Quand on a la chance de découvrir un auteur tel qu’Olivier Bal, on le surveille, on guette et on se jette sur ses sorties. Je suis conquise et quand je suis conquise… Je n’attends pas pour acheter !

Ce que je retiens de ma lecture? Un sentiment de proximité avec les personnages, notamment avec Paul et Noah, une intrigue inédite, un univers rarement exploité, une superbe plume. Si vous souhaitez sortir des sentiers battus, découvrir un univers différent, vous savez ce qu’il vous reste à faire non ?

Allez, je vous évite de chercher, vous pouvez cliquer juste ici pour le trouver, il est sorti en poche en plus 🙂


A paraître le 22 avril 2021

« Dans cette forêt, tu peux toujours y entrer, mais tu n’en sortiras jamais… »

Des murs d’arbres géants, séquoias millénaires qui se referment comme un piège. Des randonneurs qui disparaissent sans laisser de traces. Il ne fait pas bon traîner dans les bois de Redwoods, au bord du Pacifique, dans l’Oregon.

Au cœur de cette forêt maudite, un homme vit isolé de tous. Ici, on l’appelle l’Étranger. En réalité, son nom est Paul Green, un ancien journaliste qui a connu son heure de gloire avec l’affaire Clara Miller.

Un soir, une jeune adolescente, Charlie, vient frapper à sa porte. Elle est blessée, paniquée. Pour elle, Paul est le seul à pouvoir l’aider. Car là-bas, au milieu des arbres, Charlie a connu l’horreur…

3 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s