La bibliothèque de minuit – Matt Haig

« Toute vie se compose de millions et de millions de décisions. Certaines grandes, d’autres petites. Mais chaque fois qu’une décision est prise au détriment d’une autre, les issues diffèrent. »

Note : 4 sur 5.
En librairie depuis le 05 janvier 2022 chez Mazarine – 408 pages

Résumé éditeur :

« Entre la vie et la mort, il y a une bibliothèque, avec des rayonnages infinis et une multitude d’autres vies à essayer. »

Lorsque Nora Seeds se retrouve un soir dans la Bibliothèque de Minuit, c’est sa dernière chance de tout refaire. Jusqu’à présent, sa vie ne lui semble être qu’une suite de remords et de regrets. Elle pense qu’elle a laissé tomber de nombreuses personnes – surtout elle-même. Mais dorénavant, les choses vont changer ! Les livres dans la Bibliothèque de Minuit lui donnent la possibilité de revivre sa vie autrement. Avec l’aide d’une amie bibliophile de longue date, elle n’a qu’à tendre le bras, tourner les pages et corriger ses erreurs pour inventer la vie parfaite. Pourtant les choses ne se déroulent pas comme elle l’imaginait – et ses choix remettent non seulement son existence, mais aussi la Bibliothèque de Minuit en question… Et avant que minuit sonne, elle doit répondre à l’énigme la plus importante : qu’est-ce qu’une vie heureuse ?

Mon avis :

On pourrait penser que La Bibliothèque de Minuit est une fiction ayant pour ambition d’être un livre sur développement personnel. On pourrait penser ça et à juste titre, dans le sens où, oui, les thèmes abordés sont si importants et si bien écrit, qu’ils nous renvoient indéniablement à notre propre condition, nous incitant grandement à nous remettre en question. Autant vous dire qu’habituellement, c’est typiquement le genre de lecture que je fuis, ayant quasiment toujours la crainte de recevoir une leçon de morale qui au lieu de m’apporter bien-être et révélation, aura au contraire tendance à m’amener à me renfrogner. Rassurez-vous, ici il n’en n’est rien. C’est une fiction, c’est une histoire et c’est très, très agréable.

En toute franchise, j’ai vu passer ce roman une centaine de fois sur les réseaux sociaux et j’ai irrésistiblement été attiré par la couverture, amoureuse de livres que je suis. Les avis semblaient dans l’ensemble élogieux, nombreux ont été les coups de cœur chez les lecteurs, je n’ai même pas pris le temps de lire correctement la 4ème de couverture, l’ayant à peine survolée, je l’ai acheté. Influencée comme toujours, je l’admets et je l’accepte par un grand nombre de retours positifs, j’ai ouvert cette histoire à peine quelques jours après son achat, sans relire le résumé. Si je précise cela, c’est parce que c’est bien la première fois que ça m’arrive, je suis de nature à lire et relire le synopsis pour être bien certaine que c’est de CETTE lecture là dont j’ai envie sur le moment. Un peu de spontanéité ne m’aura pas fait de mal puisqu’il est possible que je ne me sois jamais lancée avec autant d’engouement si j’avais su vers quoi j’allais.

Matt Haig nous offre ici une œuvre assez impressionnante, qui, à travers le personnage de Nora nous fera nous poser de nombreuses questions. Prendre une décision au lieu d’une autre, c’est ce que tout être vivant fait à chaque seconde de sa vie. Les conséquences sont donc infinies, ce qui finalement, ouvre un champs des possibles tout aussi infini. Mais pourquoi se gorger de regrets et vouloir toujours plus que cette vie construite sur nos propres décisions? Voilà la question existentielle que pose ce livre. Avec ses multiples univers, reposant sur la physique quantique, nous partons explorer un bon nombre de vies potentielles qu’aurait pu vivre Nora si elle avait fait d’autres choix. En recherche constante du bonheur, elle ne parvient à se poser nul part. Arrive donc les questions de : Mais c’est quoi le bonheur, le vrai et d’où vient-il?

Vous voyez un peu vers où l’auteur tend à nous amener? C’est pour ça que je fais le rapprochement sur le développement personnel bien que nous n’en sommes tout de même pas là, fort heureusement pour moi. Il est évident que durant votre lecture, vous vous poserez au moins une fois la question sur vos propres choix, réfléchissant et spéculant sur ce qui aurait pu se passer si vous aviez fait les choses différemment. Évidemment, nous avons tous une certaine prédisposition à l’épicurisme, ne nous mentons pas, par définition, nous recherchons tous le bonheur par la satisfaction de nos propres désirs (en espérant bien sûr ne faire du mal à personne). Oui, mais la vie ce n’est pas ça et ça m’a fait du bien, durant mes quelques heures de lecture, de m’en rappeler. Bien que sensation éphémère, elle n’en reste pas moins réconfortante et encourageante.

La construction du roman, rend l’ensemble fluide et cohérent malgré les multiples-univers et cette improbable Bibliothèque de Minuit. Imprévisible ? Non, on comprend relativement vite ce qu’il adviendra de la fin mais peu importe, ce n’est pas la surprise que je recherchais, c’était l’évasion. Les chapitres sont plus ou moins courts, permettant de faire quelques pauses, parfois nécessaires à notre réflexion. Nora est attachante, ses regrets sont troublants, notamment par leur capacité à nous renvoyer les nôtres en miroir. Elle a beau choisir une vie dans laquelle l’une de ses contrariétés serait corriger, ses propres réactions et ses propres choix sur l’instant T (vie parallèle ou vie d’origine) renvoient automatiquement à une issue qu’elle n’avait pas envisagé. Matt Haig ne nous fait aucunement la moral, il pose juste des mots sur des maux qui, par la force des choses nous amènent à nous questionner nous-même.

« Si vous visez à être ce que vous n’êtes pas, vous échouerez systématiquement. Visez à être vous-même. Visez à être la version la plus vraie de vous-même. Embrassez le fait d’être vous-même. Épousez-le. Choyez-le. Battez-vous pour lui. Et ne faites pas attention à ceux qui s’en moqueront ou le tourneront en ridicule. La plupart des ragots sont de l’envie déguisée. »

Pour conclure

La Bibliothèque de Minuit est avant tout une fiction, un très joli roman presque philosophique, superbement écrit qui, même s’il nous fait nous poser des questions, il nous permet surtout de nous sentir en sécurité dans la vie dans laquelle nous sommes. Les possibilités sont infinies, donc rien n’est encore trop tard pour choisir la direction que l’on souhaite prendre. J’ai passé un excellent moment de lecture, sans parler d’un coup de cœur, n’étant pas prédisposée de base à en ressentir pour ce type de roman, j’ai pourtant adoré vivre ces dizaines de vies aux côtés de Nora. J’ai adoré écouter les conseils de Madame Elm, la bibliothécaire mais j’ai surtout adoré les émotions et le ressenti général que j’ai éprouvé en tournant ces pages.

Une belle histoire qui mérite largement à mes yeux, les retours élogieux que vous avez pu lire à son sujet. A offrir ou à s’offrir, sans hésitation.

6 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s