La charmante librairie des amours lointaines – Jenny Colgan

« Passer du temps dehors, se promener au grand air, dans la campagne. Ça guérit presque tout. »

Note : 4 sur 5.
En librairie depuis le 2 juin 2022 chez Prisma – 394 pages, 19.95€

4ème de couverture :

Ils vivent à 800 km l’un de l’autre. Pourtant, leurs vies sont sur le point d’entrer en collision…
Lissa adore son travail d’infirmière, mais depuis quelque temps, elle s’occupe davantage des autres que d’elle-même. Après un incident traumatisant au travail qui la laisse accablée, elle accepte d’échanger sa vie pendant trois mois avec un inconnu qui vit dans un village tranquille d’Écosse.
Cormac est impulsif. Tout juste sorti de l’armée, il a désespérément besoin de distraction, et il n’y en a guère à Kirrinfief. Peut-être trois mois à Londres sont-ils exactement ce dont il a besoin ?
Alors que Lissa et Cormac s’habituent à leur nouvelle vie, échangeant des messages sur tout et n’importe quoi, les choses semblent enfin se mettre en place. Mais chacun d’eux sent qu’il manque encore une pièce à sa vie. De quoi – ou de qui – s’agit-il ?
Et si la pièce du puzzle se trouvait actuellement exactement à 800 km de chacun ?

Ce que j’en ai pensé :

J’ai craqué pour le premier tome de cette saga lors de sa sortie, principalement parce que l’histoire se déroule en Écosse et que l’amour que je porte à ce pays me fait franchir les frontières du feel-good. Bien loin de mes lectures habituelles, je prends pourtant un réel plaisir à lire cette série de Jenny Colgan. Je ne rougis pas de mes goûts et quand j’ai vu que le troisième tome venait de sortir, je n’ai pas pu m’empêcher de l’acheter tout de suite. Je l’avais mis de côté pour mes vacances en Angleterre, l’histoire se situant entre l’Écosse (que j’ai eu la chance de visiter il y a quelques années) et Londres, où j’étais, cette lecture toute douce m’a fait beaucoup de bien. Je dois admettre que le titre m’a un tantinet effrayé. Craignant une romance gnangnan, j’y suis allée méfiante au départ. Heureusement, rien de tout ça, La charmante librairie des amours lointaines est avant tout un roman autour de la reconstruction, de la résilience. Lissa a vécu un événement traumatisant et c’est dans les paysages bordant le Loch Ness qu’elle va chercher la guérison. Alors oui, il y a un tout petit peu de love-love vers la fin mais ce n’est vraiment pas le sujet et ce n’est pas aussi niai que ce que vous pouvez imaginer.

La plume de l’auteure est toujours aussi fluide, ponctuée d’humour, agrémentée de nombreux dialogues et de belles descriptions des paysages écossais qui me sont si chers. La rencontre avec Nina, lors du 1er tome, puis avec Zoé lors du second et maintenant avec Lissa dans celui-ci s’est très bien passée. D’autant plus qu’on retrouve les premiers personnages au détour d’une rue ou lors de quelques échanges. De quoi prendre un peu de leurs nouvelles, savoir ce qu’elles sont devenues. C’est vrai que le tout premier livre fût vraiment le meilleur à mes yeux, cependant je n’ai pas boudé mon plaisir avec cette suite. Une plongée au cœur du métier d’infirmier, mettant en avant les différences assez conséquentes entre le fait d’exercer dans une grande ville ou en pleine campagne. La perception de l’un et de l’autre n’est pas franchement la même et pourtant les deux ont leur importance.

Les personnages sont toujours aussi attachants, sincères, touchants et drôles. Loin des caricatures auxquelles ont peut s’attendre en lisant ce genre de roman, on y trouve au contraire toute la subtilité propre à Jenny Colgan. Pas de mièvrerie (je n’aime pas ça), c’est le chemin vers la guérison qui nous est peint et même si on sait bien que cela terminera en happy end, ça n’enlève en rien la crédibilité de l’histoire. Rappelez-vous mon amour pour la littérature anglaise, j’ai une fois de plus été conquise.

En résumé :

Jenny Colgan m’a ENCORE donné envie de plier bagage et de partir vivre dans un village paumé des Highlands. Mon amour inconditionnel pour l’Écosse y est aussi pour quelque chose et je suis sûre qu’avec un peu de patience je saurai m’habituer à la gastronomie locale et aux midges (peut-être pas en fait). Tout ça pour vous dire que oui j’ai aimé. Que ce fût pour moi une parenthèse de douceur et de bien-être. Que je me suis sentie bien dans cette lecture cocooning et que je n’hésiterai pas à lire la suite si suite il y a. Si vous souhaitez une série de romans feel-good sans romance marquée alors c’est ce qu’il vous faut. Si au contraire vous souhaitez lire un livre plein d’amour dégoulinant, alors passez votre chemin.

Un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s