Le tueur intime – Claire Favan

« Elle ne souhaitait plus que mourir, et pourtant son cerveau avait parfaitement enregistré le fait que rien de ce qu’il lui avait fait subir jusqu’à présent ne pouvait la tuer. Rien. Il y avait veillé avec une attention toute particulière. Elle n’était qu’un instrument entre ses mains dont il tirait des notes de souffrance d’une pureté cristalline. »

Note : 5 sur 5.
Date de parution: le 18/03/2010

Résumé éditeur :

À quinze ans, Will a déjà conscience de sa différence. Solitaire, maltraité, il jette son dévolu sur une de ses camarades de classe. Ce qui n’aurait dû rester qu’une banale amourette devient une véritable obsession pour celui qui se révèle déjà comme un prédateur redoutable. Car Will est un tueur en série en devenir qui se construit pas à pas. Lorsqu’il estime le temps venu de livrer ses victimes au monde, il part sur les routes des États-Unis. Sa signature déroutante ne tarde pas à attirer l’attention du FBI. Pourtant, l’enquête de l’unité spéciale s’enlise. Un nouveau profiler, RJ, arrive alors en renfort dans l’équipe. Tous les espoirs reposent sur lui pour démêler les mises en scène de ce tueur diabolique.

Avis :

C’est incroyable, j’ai terminé ce thriller de dingue il y a quelques heures et j’ai attendu que ma nausée disparaisse avant d’attaquer la rédaction de ma chronique. Oui, oui vous avez bien lu, j’ai bien écrit que j’ai eu la nausée, j’y reviendrais un peu plus bas pour tenter de vous l’expliquer aux mieux. Mais avant ça, parlons un peu globalement de cette histoire de fou que nous a pondu Claire Favan !

Le premier tiers du livre concerne principalement Will, on découvre au fil des pages comment petit à petit son instinct de tueur s’est forgé en lui et quelles en sont les raisons (attention, je ne dis pas que c’est excusable, loin s’en faut!). On rentre donc progressivement dans la tête de ce jeune homme à l’enfance particulièrement difficile pour ensuite le voir évoluer progressivement vers la sociopathie. On y rencontre Samantha, objet de tous ses fantasmes qui, malgré elle, se retrouvera prise dans les filets de ce prédateur. L’auteure est plutôt sympa au début, elle nous épargne les scènes trop violentes (tout est relatif bien sûr), les détails ne sont pas encore trop présents, ils viendront crescendo durant la lecture. Cependant, si déjà c’est trop difficile pour vous dans cette partie, arrêtez-vous, le pire reste à venir.

Habituée des thrillers psychologiques particulièrement noirs et violents, je voue d’ailleurs un culte à l’indétrônable Karine Giebel, qui est plutôt une adepte des romans ultra noirs. Mais là ! Le tueur intime est d’une violence psychologique particulièrement forte, je dois l’avouer. Vous allez rentrer dans la tête d’un prédateur méticuleux, intelligent et redoutable. Aucune femme qui devient cible ne peut espérer s’en échapper, c’est terriblement effrayant. Le mode opératoire de Will est si particulier et les ravages qu’il fait ne vont pas laisser le FBI dans l’ombre bien longtemps.

Commence alors, l’arrivée des enquêteurs, qui piétinent et se sentent démunis face à cet individu sans faille. C’est sans compter sur l’arrivée de RJ, profiler qui vient pour tenter d’éclairer cette affaire par un regard neuf. Commence alors une véritable chasse à l’homme. Le reste… Il faut le découvrir par vous même si vous vous en sentez le courage. Certaines scènes de viols sont, en toute franchise, vraiment choquantes et déstabilisantes. C’est la que la nausée a commencé, nous sommes dans le quart finale du livre.

A première vue, l’histoire peut vous paraître banale, suivre un tueur en série en Amérique, on connaît, on a déjà soit lu soit vu des films à ce sujet. OK. Mais ce déchainement progressif ne peut pas vous laisser de marbre. C’est impossible : soit on adhère à ce thriller et on le vit comme un véritable page-turner, soit on déteste. Vous l’aurez compris, je fais partie de la première catégorie de lecteurs. Malgré le mal-être, le bidou barbouillé et le choc, j’ai trouvé ce livre époustouflant. La construction, les descriptions, la pression, les personnages : tout y est ! J’ai tout particulièrement aimé le profiler RJ, humble et humain qui fait face à l’inhumain.

Le tueur intime est suivi par Le tueur de l’ombre, je vais attendre un peu avant de me lancer dans cette suite, juste un peu, mais il faut que je prenne du recul et que je lise quelque chose d’autre avant. Ma santé mentale en dépend ! (j’exagère un peu bien sûr).

En résumé, ce thriller psychologique est incroyable, un véritable coup de cœur malgré toutes les atrocités que j’ai pu lire au fur et à mesure. Je salue le talent de l’auteure qui a su, à travers ses mots, me faire vivre pendant quelques jours aux côtés d’un sociopathe et d’un profiler extrêmement bien bâtis. Les 200 dernières pages ont été difficile mais je n’ai pas réussi à lâcher mon livre. Il m’est arrivée de le poser quelques secondes, juste le temps de reprendre mon souffle avant de me replonger dans cette tension permanente.

Une réussite, un thriller psychologique d’une violence inouïe, une écriture fluide, des personnages qui marquent, Le tueur intime est à ce jour, ma lecture la plus marquante de 2021. Je compte bien rattraper mon retard et lire l’ensemble de la bibliographie de Claire Favan que j’ai trop longtemps boudé sans raison.

Si il vous tente, vous pouvez le trouver juste ici, âmes sensibles, s’abstenir !

3 commentaires

Répondre à La chair de sa chair – Claire Favan – Black-Books Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s