Une pluie de septembre – Anna Bailey

« C’est comme d’être sur la plage et de voir une énorme vague qui grossit au large; elle arrive sur vous, de plus en plus grosse, de plus en plus bruyante, et vous savez qu’elle va vous engloutir d’un coup, mais vous ne pouvez pas détourner les yeux. »

Note : 3 sur 5.
En librairie le 7 octobre 2021 chez Sonatine

Résumé éditeur :

« Nous avons laissé entrer le péché dans cette maison. »

Après une soirée arrosée dans la forêt de Tall Bones, Abigail Blake, dix-sept ans, est portée disparue. Dans la communauté pieuse qui l’a vue grandir, les rumeurs vont bon train. A-t-elle fui une famille notoirement déséquilibrée, où le père règne en maître sur une femme et des enfants terrorisés ? A-t-elle fait la mauvaise rencontre, au mauvais endroit ? Un assassin se cache-t-il dans cette petite ville du Colorado ? Ce qui est certain, c’est que les bois de Tall Bones renferment de nombreux secrets. Et de nombreux mystères, à commencer par les pages déchirées du journal intime d’Abigail.

Mon avis :

En voilà une lecture imprévue, de celle qui, au détour d’un rayon de librairie attire votre regard pour finalement repartir entre vos mains. Ma pile à lire déborde pourtant déjà et malgré ça, à peine ai-je eu ce livre que je le commençais déjà dans les transports en commun sur le chemin du retour. Allez savoir… Parfois une simple couverture ou même l’attirance pour une maison d’éditions nous pousse à mettre de côté tout le reste pour se jeter sur CE livre dont vous n’aviez pourtant jamais entendu parler. J’avais donc beaucoup d’attentes concernant Une pluie de septembre d’Anna Bailey. Des attentes que je me suis mise moi-même bien sûr. Probablement les plus grandes finalement.

Tout d’abord, j’ai vite été séduite par la plume de l’autrice. Avec son jeune âge (un peu plus de vingt ans), elle nous offre un premier roman basé sur un ressenti personnel. Elle a elle-même vécu dans une petite communauté religieuse du Colorado d’où elle est vite revenue, sûrement avec l’idée de son histoire déjà en tête. En principe, les textes que proposent les éditions Sonatine sont relativement noirs et profonds. Celui-ci ne fait pas exception. Dans ce roman, c’est véritablement l’atmosphère et l’ambiance qui tiennent la place de personnages principaux. C’est pesant, lourd, oppressant. L’omniprésence du culte religieux, du puritanisme est dérangeante mais là est tout l’intérêt de l’histoire. Les personnages sont assez énigmatiques, tous ont des secrets et les indices sont peu nombreux pour nous aider à les découvrir par nous-même. Les fausses pistes s’enchaînent et sèment le doute dans notre esprit. Que s’est-il réellement passé? Où est Abigail?

Durant les 373 pages, on va plonger progressivement dans une noirceur et un mal-être grandissant. Rien dans cette communauté ne donne envie d’y vivre. Il est difficile d’imaginer un quotidien si ancré dans des principes et des idéologies aussi régressifs. Évidemment, je vous parle là d’un point de vue complétement personnel. A travers les histoires de chaque personnage, on aperçoit de nombreux destins brisé, les drames de chacun alourdissent le climat déjà bien établi dans le récit. J’avoue ne pas avoir chercher à connaître le dénouement par moi-même. Non pas parce que je n’avais aucune idée mais plutôt parce que j’ai trouvé l’histoire un tout petit peu trop longue. Ce qui a eu pour résultat de freiner un peu mon engouement pour ce thriller.

En conclusion

Une très belle plume, une très bonne intrigue. Pour un premier roman, j’admire le talent d’Anna Bailey. La complexité des personnages, les non-dits, les secrets offrent un roman prenant et bien construit. Quelques longueurs auront cependant eu raison de moi et ont fait qu’Une pluie de septembre ne sera malheureusement pas le livre que j’espérais tant quand il a atterri dans mes mains. Peu importe, j’ai quand même passé un très bon moment et j’aime penser qu’un avenir meilleur attend Jude, Noah, Rat, Hunter et Emma. J’aime me dire qu’une lueur d’espoir est peut-être possible.

J’ai beaucoup apprécié le sentiment de malaise que j’ai pu ressentir en lisant ce livre. Les émotions sont brutes, violentes, impactantes. C’est criant de douleur, de peur, de culpabilité. Tout est parfaitement bien retranscrit. Comme je vous l’ai déjà dit, c’est avant tout un thriller atmosphérique et sur ce point, c’est un sans faute.


Un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s