Autre-Monde, Tome 2 : Malronce – Maxime Chattam

« Je crois que c’est ça grandir : perdre ce qui fait qu’on est un peu spécial pour rentrer dans le moule. »

Note : 4.5 sur 5.
En librairie depuis le 4 novembre 2009 chez Albin Michel – 406 pages, 20€

4ème de couverture :

Imaginez un monde où la nature a repris le pouvoir, où les adultes sont redevenus sauvages et les enfants se sont assemblés en bandes pour survivre, où chaque promenade est une expédition, chaque jour passé, un exploit.
Un monde recouvert par un océan de forêts, peuplé de créatures fabuleuses, traversé de courants étranges, d’énergies nouvelles.
Un monde nouveau où trois adolescents tentent de déjouer les pièges d’une mystérieuse reine, acharnée à leur perte : Malronce. Oubliez tout ce que vous savez…

Ce que j’en ai pensé :

Ce second tome de cette saga qui en compte 7 a su ravir la lectrice que je suis. Les choses s’accélèrent, s’assombrissent aussi. L’Alliance des trois va être mise à mal et le suspense n’apportera aucun temps mort. J’ai enchainé cette lecture dès la fin du 1er, ne pouvant me résigner à laisser Ambre, Tobias, Matt et même Plume sur les étagères de ma bibliothèque. Déjà parce que j’ai adoré l’ambiance et l’histoire mais aussi parce que le risque, en tout cas pour moi est que si je laisse trop de temps entre chaque tome, j’ai tendance à oublier certains éléments et à ne pas avoir le courage de m’y remettre. Quoi qu’il en soit, c’est avec joie que j’ai enchainé avec Malronce. Une véritable épopée s’ouvre à nos trois adolescents et de nombreux, très nombreux kilomètres seront parcourus. Des problèmes et des difficultés en veux tu en voilà, de quoi garder le lecteur en haleine jusqu’à la dernière phrase.

Du courage, ils en auront besoin pour affronter ce qui les attend et pour le coup, ils n’en manqueront pas. Vous allez voyager à bord d’un vaisseau méduse, vous allez rencontrer des enfants dotés de choses extraordinaires offertes par la nature, les Kloropanphylles qui vivent à la cime d’une forêt haute de près d’un kilomètre. Vous allez continuer de détester les Ciniks, ces adultes redevenus sauvages et ayant perdu la mémoire du monde d’avant. La grande tempête a permis de changer beaucoup de choses mais n’a pas arranger la cause des hommes. Comme quoi… La prise de conscience est parfois longue et fastidieuse.

Allons-nous savoir pourquoi Matt est autant rechercher ? Que lui veut on? Il vous faut lire ce second tome pour en avoir un large aperçu. A travers ce voyage initiatique, l’écologie tient toujours une place importante, l’acceptation de l’autre également. On peut même aborder cette intrigue de façon philosophique. On pourrait penser, à tord, que Maxime Chattam allait épargner ses petits protégés mais croyez-moi, vous découvrirez une part beaucoup plus sombre avec Malronce. Personne n’est à l’abris de la plume et de l’imagination de l’auteur qui poussent sans cesse ses personnages dans leurs retranchements. On est loin du monde des bisounours, de la saga jeunesse qui fait rêver les jeunes enfants. Si vous en doutez je ne peux que vous citer deux choses : Le buveur d’innocence (je vous laisse imaginer) et les Mangeurs d’ombre. Faites-moi confiance, vous avez autant envie de les croiser que Voldemort lui même.

Des décisions importantes dont l’enjeu est capital vont être prise et les conséquences sont parfois désastreuses. La fin ne me permet toujours pas à ce jour de laisser de côté cette saga, le temps d’une courte pause. J’attaque directement Le cœur de la Terre, à peine après avoir terminé Malronce, ne pouvant rester dans un tel suspense. Mes poils se sont hérissés, les frissons m’ont parcourus, il faut que je connaisse la suite.

En quelques mots :

Ravie d’avoir eu l’idée et l’envie de ressortir cette saga du fond de mes étagères. Elle est parfaite pour terminer l’année et probablement commencer la prochaine. Les moments que je passe avec ces personnages sont intenses et je pense que j’avais vraiment besoin de ça, même si c’est plus de 10 ans après tout le monde. Je me suis terriblement attachée à ce trio et je n’ai aucune peine à me projeter dans ce monde imaginé par l’auteur. Vous l’aurez compris, vous allez entendre parler de la saga Autre-monde pendant encore quelques semaines !

La chronique du 1er tome :

5 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s